JoJo’s Bizarre Adventure

C’est parti pour un monument du Shônen Manga : JoJo’s Bizarre Adventure !

Et ça va être long, tant ce titre est riche et fourni…

Préambule ; Faire un résumé de Jojo’s Bizarre Adventure (JBA) n’est pas chose aisée, en effet dans ce Shônen plus qu’atypique, l’histoire est découpée en saisons/parties et suis les pérégrinations de la famille Joestar sur plusieurs générations.

Même si les différentes parties qui composent JBA  (actuellement au nombre de 8) sont très indépendantes entre elles et peuvent se lire indépendamment les unes des autres, puisqu’elles introduisent à chaque fois une époque et un protagoniste différent, il est toujours mieux de commencer par le commencement pour saisir toutes les subtilités de ce monument du Shônen injustement boudé chez nous….

Synopsis:

Tout commence le jour où le jeune Dio Brando, fils de famille très modeste, est adopté par la famille Joestar. Dans sa nouvelle résidence Dio sera un jour transformé en vampire par un mystérieux masque de pierre, ce qui scella le destin de toute la lignée Joestar : ils n’auront de cesse de combattre le démon qu’ils ont vu naître, et c’est sur plusieurs siècles et plusieurs générations que s’étalera cette bataille sans fin…

Cette saga est comme je l’ai dit composée de différentes parties avec différents héros. Dans chacune, le héros se retrouve surnommé JoJo car c’est la succession des 2 syllabes de son nom et de son prénom.

  • Jonathan Joestar
  • Joseph Joestar
  • tarô
  • Higashikata suke (Jôsuke s’écrit : « 仗助 », si le premier Kanji se prononce « Jô », le second peut être prononcé soit « Suke » soit « Jo »)
  • Giorno Giovana (les sons « Jo » et « Gio » s’écrivent de la même manière en Katanaka )
  • Jolyne
  • Johnny Joestar
  • Jôsuke Higashikata (Ce n’est pas une erreur, le héros de la partie 8 a exactement le même nom que celui de la partie 4)

Saisons/Parties

  • Partie 1 ; Phantom Blood (tomes 1 à 5)

Tout commence il y a quelques siècles quand une civilisation aztèque atteint l’immortalité à l’aide d’un masque de pierre qui, lorsqu’il entre en contact avec le sang, transforme son porteur en vampire, en plantant des piques dans certaines parties du cerveau.

1880, Angleterre Victorienne, Lord Georges Joestar, se sentant redevable d’un vagabond, adopte le fils de celui-ci, devenu orphelin. Dio Brando, qui méprisait déjà son père, n’a aucune compassion pour sa nouvelle famille et ne nourrit qu’un seul dessein : hériter de la fortune des Joestar à la place de son nouveau « frère », le fils du Lord, Jonathan Joestar…Très vite, des conflit naissent entre eux et, au cours d’une bagarre, les frères ennemis découvrent une particularité troublante du masque de pierre qui orne le mur de leur demeure. Ce masque transformera d’ailleurs Dio en un terrible vampire… Jonathan devra alors suivre les enseignement du mystérieux et excentrique Will A. Zeppeli pour apprendre la maîtrise de l’Onde, seule arme efficace contre les vampires…

gallery_474_359_134440

L’intro de la saga , du nom JOJO et de Dio Brando, le méchant emblématique…

Graphiquement lourd et sombre, le dessin se rapproche (de l’aveu même de Araki) des dessins de Hokuto No Ken ; gros muscles, cuir et combat ultra violent.

Il est vrai qu’il est assez dur de renter dans la saga par cette saison vu que le dessin est mal assuré (problème de proportions notamment) et a clairement mal vieilli.

Néanmoins , l’histoire est prenante et laisse présager le meilleur pour la suite.

  •  Partie 2 : Battle Tendency (tomes 5 à 12)

Nous voilà en Amérique, 50 ans après l’épique combat entre Dio et Jonathan. Alors que Joseph, vivant seul avec sa grand-mère, n’a jamais connu son grand père, il semble posséder de fortes dispositions pour manipuler l’Onde (contrairement à son père décédé). De son côté, Speedwagon, un ancien vagabond allié à la cause de Jonathan, a fait fortune grâce au pétrole et vient en aide à la famille dont il se dit être le serviteur.

Mais tout dérape le jour où la compagnie Speedwagon découvre les ruines de la civilisation aztèque à l’origine du Masque de Pierre. Cette découverte va malheureusement provoquer le réveil de 4 dieux vampires à l’origine de la race.

JoJo va donc être amené aux 4 coins du monde pour atteindre un bon niveau de maitrise de l’Onde afin de défaire les vampires. Pour cela; il sera aidé de Caesar Zeppeli (descendant direct de Will A. Zeppeli) et se retrouvera également aux prises avec les nazis qui cherchent à s’approprier la puissance divine.

gallery_474_359_113482

Dans le même esprit que la saison 1, le dessin s’allège et se fluidifie un peu ,  Araki commence à installer son « système » de combat : basé non plus sur la force brute mais bien sur la ruse et l’intelligence des protagonistes ; La raison du plus fort ne sera pas la meilleure !

La violence et les rebondissements restent au rendez-vous !

  • Partie 3 : Stardust Crusaders (tomes 13 à 28)

Joseph, âgé désormais de 69 ans, rend visite à sa fille au Japon. Seulement, voilà que son petit-fils Jôtarô, un voyou peu sociable, est enfermé en cellule et refuse d’en sortir ; il se dit hanté par un mauvais esprit dont il ne sait pas contrôler le pouvoir.

Son grand père se rend donc en cellule accompagné d’un ami shaman qui lui explique que son pouvoir est un Stand, une sorte de matérialisation de son esprit combatif, possédant des capacités propres à chacun. L’origine de l’apparition de cette faculté est directement liée au réveil de Dio, maintenant lié aux Joestar par le corps de leur ancêtre Jonathan, qui veut en découdre définitivement avec la lignée.

Le problème survient réellement lorsque Holy, la mère de Jôtarô, développe elle aussi un Stand et commence à succomber à celui-ci. Sa douceur et son pacifisme l’ayant dépourvue de tout esprit combatif, elle ne peut le contrôler. Le seul moyen de la sauver est de supprimer l’origine de ce mal. Commence alors une course contre la montre qui les mènera jusqu’en Égypte pour vaincre Dio, qui a lui aussi développé un nouveau pouvoir terrible et incompréhensible, en plus d’avoir à ses ordres toute une armée de manieur de Stand.

gallery_474_359_38916

La partie qui a réellement installé et réinventé la Saga, avec l’apparition du pouvoir emblématique de la série ; Les Stands.

Araki plonge ici le lecteur dans un road-trip déjanté et pose les « nouvelles » bases qui feront le succès de sa saga ; Stands, combat titanesque mais intelligent et subtils malgré le coté bourrin mais aussi les fameuses poses des persos, qui laissent certains dubitatifs avec leur côté « gay-friendly ».

Le dessin continue de s’affiner et Araki trouve peu à peu son style.

  • Partie 4 : Diamond is Unbreakable (tomes 29 à 46)

Fin des années 1990, la famille Joestar, débarrassée de Dio, a pu vivre une longue période de paix bien méritée. Cependant, alors qu’on règle les questions d’héritage du vieux Joseph, on découvre avec stupeur que celui-ci a eu un fils illégitime !

Jôtarô décide donc de partir enquêter sur cet oncle bien plus jeune que lui. Cette enquête l’amène à la petite ville Japonaise de Moriô (ville fictive) ou il rencontre le fameux Higashikata Jôsuke, un lycéen un peu débile adoptant un style de voyou. Il se trouve que Jôsuke a également développé un pouvoir Stand et qu’il grouille d’autres manieurs dans cette petite ville à l’apparence si paisible.

Dans le but d’en découvrir la cause, Jôtarô va s’installer temporairement à Moriô. Ils découvrent alors l’existence d’artefacts magiques à l’origine des Stands : l’arc et la flèche. Au fil de leurs aventures, Jôsuke et ses amis affronteront beaucoup de manieurs de Stand aux ambitions et habilités bien différente. Parmi eux, le terrible serial killer Yoshikage Kira, qui sévit à Moriô depuis déjà 20 ans.

gallery_474_359_112334

Une espèce de Huis-Clos centré uniquement sur la ville de Moriô.

Par moment cette partie traine un peu en longueur mais Araki pousse et maitrise ce qui avait fait le succès de la 3eme saison. Le combat final est juste titanesque et le dénouement est vraiment imprévisible !

Le dessins s’affine encore un peu , Araki peaufine son style….

A noter qu’un des héros de cette partie, Rohan Kishibe, a eu droits à plusieurs histoires courtes axés sur ses péripéties. Chez nous, Rohan au Louvres est publié aux Editions du Louvres et un recueil d’histoires courtes, sobrement intitulé ; Rohan Kishibe, publié chez Delcourt/Tonkam

  • Partie 5 : Golden Wind (tomes 47 à 63)

2001, début du 3éme millénaire. Jotaro découvre l’existence d’un descendant de son ennemi juré . Il décide donc d’envoyer un ami en Italie afin d’évaluer la menace qu’il pourrait représenter. Cependant, malgré une rencontre mouvementée, il s’avère que Giorno Giovanna n’a pas un mauvais fond, on arrête donc sa surveillance pour laisser place à ses aventures.

GioGio (Jojo), ayant été marqué par la rencontre d’un gangster durant son enfance, nourrit le rêve d’embrasser à son tour la vie de gangster dans le but d’éradiquer la drogue qui sévit chez les jeunes de son quartier.

Mais il va rapidement se trouver mêlé à une affaire de la pègre italienne et rencontrer Blono Buccellati qui deviendra son allié. C’est avec l’aide de Blono qu’il va parvenir à entrer dans un gang qui grouille d’autres manieur de Stand. Son ambition étant de prendre la place du parrain, il va d’abord devoir gagner sa confiance afin d’en découvrir l’identité.

gallery_474_359_108656

Un road-trip à travers l’Italie comme Araki les affectionne et sais nous les concocter…

Araki a dans cette partie, repris et surtout poussé dans leurs derniers retranchements tous les ingrédients qui ont fait le succès de Stardust Crusaders et ce pour notre plus grand plaisir !

Niveau dessin , Araki a définitivement trouvé son style et s’y tient.

Une de mes , si ce n’est ma partie préférée.

  • Partie 6 : Stone Ocean (tomes 64 à 80)

2011. Jolyne Kujo, jeune américaine d’origine japonaise, se retrouve impliquée dans un accident de voiture… Malgré les efforts de son avocat, la voilà condamnée à tort pour une peine de quinze ans de prison.

Accusant son père de ne jamais avoir été là dans sa jeunesse, elle refuse catégoriquement le colis qu’il lui fait parvenir par le biais de son avocat, un talisman avec une petite « pierre » en son coeur.

Mais avant de s’en rendre compte, cette pierre l’a coupé, et la voilà se découvrant un étrange pouvoir, un Stand. Celui-ci s’avéra très utile face aux nombreux autres manieurs qu’elle devra affronter dans cette prison, car elle ne se retrouve pas la par hasard !

Flairant le coup monté, Jotaro part à la rescousse de sa fille mais tout ne se passe pas comme prévu… Jolyne devra se débrouiller seule pour déjouer les plans de son ennemi anonyme qu’on suspecte d’être un ancien disciple de Dio…

gallery_474_359_42524

Cette fois Araki se « limite » a l’enceinte d’une prison pour installer cette 6eme partie.

Il nous plonge dans un huis-clos détonnant, efficace et sacrément inventif…

Araki ose tout ,comme choisir une/des filles comme personnages principaux, chose plutôt « très » rare dans un Shonen et une première pour lui !

La conclusion de cette partie est tout bonnement inattendue et osée et à créée un certain remous lors de sa prépublication chez nombre de fans de la série!

  • Partie 7 : Steel Ball Run (tomes 81 à 104)

1890, en Amérique, point de départ d’une course qui marquera l’histoire,la Steel Ball Run, organisée par un milliardaire, verra ses participants traverser le continent de bout en bout, et attire énormément de coureurs du monde entier. Parmi eux, le mystérieux Jayro Zeppeli, qui semble maitriser une énergie étrange similaire a l’Onde…

Jayro va croiser la route de Johnny Joestar, jeune jockey talentueux devenu paraplégique à la suite d’un accident. Johnny voit en l’Onde un espoir pour lui de contourner son handicap et parvenir à marcher de nouveau.

Malgré les réserves de Jayro, il se décide à se lancer dans la course afin de convaincre celui-ci. Pour cela, il s’entraîne une nuit entière afin de maîtriser un cheval, malgré son handicap.

C’est une course folle qui débute alors, avec de nombreux concurrents sérieux parmi lesquels compte un certain Diego Brando surnommé « Dio ».

gallery_474_359_4839

Retour dans le passé suite à la conclusion de la partie 6, mais pas seulement, retour de la Famille Zeppelli des parties 1 & 2 et des pouvoirs de type « onde ».

Ce qui laisse à penser qu’Araki veut opérer un retour aux sources en mélangeant les « premiers » pouvoirs de la saga et les stands pour encore pousser a son paroxysme sa logique des combats intelligents ou la force seule ne suffit pas ! Il reprend aussi le principe du Road-Trip (voir saison 3 & 5) avec  une course folle a travers les Etat-Unis. 24 tomes de pur bonheur !

Débutée en 2004 dans le Jump , cette partie a été transférée dans l’Ultra Jump car elle a été jugée trop adulte et trop violente pour le public du Jump

  • Partie 8 : Jojolion (tomes 105 à ???)

Dernière partie en date, toujours en cours de publication au Japon. Nous revenons à une époque contemporaine et dans la ville de Morio, (Ville ou se déroule la 4eme partie). Depuis le changement éditorial de la partie 7, JBA est désormais classé comme Seinen.

Tout commence donc après les récents séismes qui ont provoqué une étrange anomalie géologique dans la ville de Morio. D’immenses formations rocheuses jaillissant du sol entourent désormais la ville.

Yasuho Hirose, une jeune fille originaire de la ville, va découvrir par hasard un mystérieux jeune homme blessé au pied d’un de ces mur…

S’en suit alors une enquête visant à découvrir la véritable identité de ce jeune homme qui, en plus d’avoir une étoile dans la nuque (signe distinctif des Joestar) a tout oublié de son passé…

gallery_474_359_35428

Encore en cours de prépublications au Japon, je n’ai pas encore d’avis dessus (même si j’ai déjà jeté un œil par curiosité, Google est ton ami^^). Le premier tome fraichement sorti des presses de Delcourt/Tonkam laisse présager du très bon Jojo’s ^^

Verdict sur la saga JBA

Monument du Shônen créé en 1987, toujours en cours de publications actuellement (avec plus de 110 volumes parus) et ayant fêté ses 25 ans d’existence en 2012 (30 ans en 2017 !).

Jojo Bizarre Adventure (JBA pour les intimes) est une œuvre atypique, novatrice et unique à mettre dans les mains de tous les amateurs de Shônen et de manga en général même si avec son graphisme original et atypique, il rebute le lecteur habitué aux Shônen « classique » qui passe ainsi (et à tort) son chemin…

Même si les 2 premières saisons souffrent d’un graphisme assez spécial (Lourd, sombre, tordu, peu facile d’accès, et fouillé voire trop), qui est loin d’être apprécié par tous et qui demande un certain temps avant d’être décodé et apprécié :

  • Musculature plus qu’impressionnante pour les personnages (surtout dans les premières parties très inspiré graphiquement de Hokuto No Ken)
  • Le découpage des planches est aussi loin des classique du genre ; Découpage en diagonale,  perspectives insolites, planches chargée, grands dialogues, voire monologue…
  • Niveau personnages on retrouve des accoutrements extravagants avec de nombreux bijoux et accessoires, les persos portent de nombreux symboles originaux et prennent régulièrement des poses atypiques, impossible anatomiquement parlant avec un coté très « Gay-Friendly » qui risque d’en rebuter plus d’un !

Araki ayant une formation de styliste à la base, ceci explique certains points du graphisme notamment les fameuses poses.

JBA est une œuvre extravagante, servie par un graphisme et des personnages originaux et par une violence exacerbée , accentuant ainsi le côté original et atypique de la saga.
Le dessin de Araki est unique et assez éloigné des productions Japonaises surtout de type Shônen.

Araki, avec des éléments déroutants, comme une violence crue ( le sang est omniprésent ) et une tendance à l’exotisme (peu de partie se passe au Japon), n’oublie pas de faire de nombreuses références à la culture pop occidentale et surtout musicale. En effet enormément de Stands possèdent ou un nom de groupe de musique ou un nom de chanson (Grateful Dead, Another bite the dust, Red Hot Chili Peppers, Notorious BIG …)

Les combats dans JBA sont d’ailleurs plus proches de la résolution d’une énigme que d’un simple combat, car en effet les protagonistes, ne doivent pas seulement être fort mais plutôt rusé et intelligents (limite fourbes), car une bonne connaissance de son pouvoir doublé d’une analyse efficace du pouvoir adverse s’avèrent bien plus utile et plus efficace que la force brute !

JBA25.jpgAraki grâce à son ingéniosité scénaristique arrive à retourner des situations que l’on donnait pour « jouer d’avance » et de fait nous tient en haleine de chapitres en chapitres, d’autant que la résolution d’un problème ou d’un combat est en général +- plausible et cohérente et pas trop « cappilo-tracté » comme dans certains Shônen que je ne nommerais pas…

Ici pas question d’avoir recours au cliché habituel du Héros, qui se relève à bout de forces et va puiser dans ses ultimes ressources pour vaincre…Pas non plus de combat qui s’étalent en longueur sur 3-4 volumes et qui de fait finissent par en devenir indigeste !

Certes, l’univers est cru et violent, voire très violent mais pourtant le tout est moins glauque ou dérangeant que certains Shônen classique.

Dans JBA , contrairement à beaucoup de Shônen les héros ne sont d’ailleurs pas à l’abri de la mort définitive, en effet chaque partie voit son lot de personnages principaux et/ou charismatique mourir et ce définitivement !

Le suspense, est donc omniprésent, et ponctue ainsi chaque combat, vu que les héros , même principaux et/ou charismatique peuvent mourir (et meurent) à tout moment, ce qui renforce encore l’originalité et l’attrait pour la série.

De ce fait nombre d’affrontement sont devenus des légendes voire des références du Shônen et du manga en général…

Les héros s’en sortent avec leurs intelligence et leurs pouvoirs uniquement : Pas d’aide providentielle, d’amis surgissant de nulle part ou de coup de chance extraordinaire…La victoire n’est jamais acquise et souvent le prix à payer pour obtenir ladite victoire est lourd voire amer… Peu ou quasi pas de combat loyaux dans JBA, en effet les protagonistes n’hésitent jamais à s’y mettre à plusieurs contre un, toutes les tricheries et tous les coups bas sont autorisés, alors qu’ils sont régulièrement  absents des shōnen classiques ou on se retrouve généralement face à des combat +- réglo.

Les Stands sont la révolution et la marque de fabrique de JBA, Stands qui représentent le psyché de la personne, son esprit combatif et bien évidemment en fonction de la personne, le pouvoir et l’apparence du stand changera.

Araki est parti du principe que l’on ne savait jamais vraiment comment fonctionnait les pouvoirs d’un héros. Avec les Stands, il contourne ce problème, vu qu’Araki prend toujours soin d’expliquer clairement le fonctionnement et les pouvoirs d’un stand (Force, portée, pouvoir, potentiel… )

fa2386b9a7433a85e6ea4ac169b3278d

JBA est une série qui a su se renouveler (grâce notamment au principe des saisons) tout en gardant les ingrédients qui on fait son succès ; originalité, inventivité, rebondissement et surtout le coté sans concession et sans compromis d’Araki envers ses Héros…

Devenu aujourd’hui une référence ayant inspiré nombre d’auteurs de Shônen (mais pas seulement) JBA est à lire ne fut-ce que pour toute les innovations apporté par celui-ci !

Quelques allusions/références à JBA dans d’autres manga ;

  • Pour moi l’inspiration de JBA dans Hunter X Hunter, est la plus frappante; Le principe du Nen est clairement similaire aux Stand, l’apparence d’Hisoka est inspirée de Dio Brando, en plus, ils ont tous deux une marque en forme d’étoile (sur le visage pour Hisoka, sur la nuque pour Dio) en plus d’être le méchant emblématique de « leur » manga. D’autre personnage de HXH (en plus d’Hisoka) font clairement référence a des personnage de JBA (Pamu est étonnamment ressemblante a Yukako Yamagishi de la partie 4 et pas que physiquement d’ailleurs )
  • Dans Yu-Gi-OH!, aussi ou le look du héros est clairement inspiré de celui de Jôtarô. De plus, le système de combat des Kâ rappelle immanquablement les Stands de JBA.
  • Nobuhiro Watsuki (Kenshin le Vagabond), reprend les poses étranges de JBA dans Busô Renkin,  le héros est par ailleurs un grand fan du dessinateur de manga Rohan Kishibe (personnage de la 4eme partie qui aura d’ailleurs ses propres histoires courtes).
gallery_474_359_352157
Dans Beelzebub.

Et je ne compte plus les clins d’œil aux cris de guerre de Jotaro , Dio etc (Ora Ora Ora, Muda Muda Muda…) ou les « clins d’œil à JBA dans d’autres séries.

Mais pourtant tout n’est pas rose pour JBA, en plus d’un graphisme déroutant , les scènes d’action font parfois un peu « fouillis » et donc c’est parfois assez dur a décrypter (même si Araki prend quasiment toujours le soin de tout expliquer) .

Edition

D’abord édité par la défunte branche manga des éditions J’ai Lu, les 4 premières parties (46 tomes) sont aujourd’hui quasiment introuvable ou alors à prix d’or. En même temps(et sans dénigrer l’excellent travail de J’ai Lu pour l’époque) ces tomes ont assez mal vieillis: papier extrêmement jauni et problème de feuillets qui se décollent par exemple…

Tonkam s’est chargé de reprendre le flambeau a la suite de J’ai Lu (qui a arrêté ses activités dans le manga), avec la publication des parties 5, 6, 7 et 8 (en cours). Par la suite Tonkam commence par rééditer la partie 3 (vu que c’est celle qui a rencontré le plus de succès mais surtout qui a véritablement et durablement installé la saga) et réédite par la suite les parties 1-2 et 4.

Avec Jojolion qui vient de sortir, toute la saga Jojo’s est désormais disponible chez Tonkam…

Donc plus aucune excuses pour passer a coté de ce monument du Shônen Manga et ne pas découvrir cette saga. Osez l’expérience Jojo’s Bizarre Adventure !!!

gallery_474_359_129410

Publicités

5 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s