Bloody Delinquent Girl Chainsaw [Manga de Rei Mikamoto]

Akata est un éditeur que j’aime beaucoup et que je surveille de près…Car quasiment tous les trucs sortis de leur presse que j’ai eu entre les mains étaient très bons voire excellents… Et ce genre de titre, en plus, moi ça me vend du rêve

gallery_474_9_25433Ca raconte quoi ?

Dans un monde ravagé par un ouragan d’atrocités, une chaîne d’acier vrombit… C’est le bruit de la tronçonneuse customisée de Geeko, délinquante au grand cœur !

Cette schoolgirl a vu son quotidien bouleversé quand une de ses camarades, la psychotique Nero, a décidé de transformer toute sa classe en zombies et autres monstruosités ! Tandis qu’une véritable armée de freaks se lève sur le pays,

Geeko va devoir lutter pour sa survie… et celle de l’humanité !

Verdict

Bon, autant se l’avouer tout de suite : ça ne plaira pas à toute le monde ! Car rarement une collection a aussi bien porté son nom : What The Fuck ! Et le ton de Bloody Delinquent Girl Chainsaw est donné dès les premières pages (en couleurs s’il vous plait). Ça va être saignant ! Avec ces seules premières pages, on rentre direct dans le vif du sujet et ça tranche sec !

Le postulat de départ est ultra simple : une étudiante un peu brimée par quelques-uns de ses camarades décide de kidnapper et transformer toute sa classe en chimères, zombies, robots et autres abominations… Geeko, une loubarde, décide de ne pas se laisser faire et empoigne sa tronçonneuse pour effectuer un grand ménage.

Et à partir de là, c’est parti pour un excellent « slash-manga » mêlant action, humour, jolis combats et passages totalement (mais totalement) WTF ! Le tout avec un rythme soutenu, un découpage classique mais efficace et un style graphique plutôt joli et nerveux…. En plus, et pour le plaisir du plus grand nombre et en parfaite adéquation avec le ton du titre, l’ensemble est saupoudré d’une large dose de fan-service.

Car avec ce genre de titre, le plus important c’est pas vraiment le fond mais bien la forme. Bloody Delinquent Girl Chainsaw c’est jouissif et libérateur, ça vole pas toujours haut c’est vrai, mais c’est pas le but non plus. Rei Mikamoto nous livre ici 13 tomes dans lesquels il ose tout, ne se refuse aucune extravagance et aucun délire et ce pour notre plus grand plaisir. Et comme le gars maitrise son sujet, c’est subtilement dosé avec ce qu’il faut d’humour et de tension pour que l’ensemble tienne la distance .En plus il arrive pour moi, à toujours a être borderline sans pourtant que ça devienne bêtement vulgaire ou gore. Malgré un pitch qui tient sur un timbre, la série se maintient et arrive a se renouveler tomes après tomes, avec une intrigue qui avance et un ensemble qui au final tient très bien la route! (sinueuse et torturée la route mais bon)

Le tout servi par une palette de personnages charismatiques et/ou loufoques, en commençant par Geeko, notre loubarde au grand cœur qui n’est jamais la dernière à lâcher une punch-line bien sentie entre deux coups de tronçonneuse… Car ce genre de titre ça repose aussi sur des personnages bien écrits et charismatiques, et là aussi Rei Mikamoto se fait plaisir et ose tout. Et avec une antagoniste comme Nero qui zombifie et robotise à tout va, toutes les portes sont ouvertes pour du pur délire !

Evidemment faut accrocher a ce genre de truc à la limite de la série Z, mais quand c’est bien fait comme ici et qu’on aime ça, c’est du pur bonbon. Et Bloody Delinquent Girl Chainsaw fait partie de ces petites merveilles de mauvais gout assumé qui sont malheureusement trop rare par chez nous.

Et si en plus au milieu de tout ce sang et de tout ces morceaux de cadavres qui volent, on voit passer des messages comme l’acceptation de soi et des autres ou des valeurs comme le respect ou l’amitié que demander de plus? Le dessin de Rei Mikamoto (l’auteur de Reiko the zombie shop) est vraiment pas dégueulasse et colle vraiment bien à l’esprit, avec un découpage qui est à l’image du titre; nerveux et foutraque ! Ca tranche sec, ca file à 100 à l’heure, c’est un vrai défouloir, et ça fait du bien !

Niveau édition, comme toujours avec Akata, c’est nickel : pages d’ouverture en couleurs sur papier glacé, impressions nettes et sans bavures, jaquette bien coupée et le papier est sympa et doux au toucher… Bref j’aimerais que tous les éditeurs se collent à ce genre de standard. ^^

Si ici la série est malheureusement plutôt confidentielle, au Japon c’est un vrai carton, avec 2 films live au compteurs (qui ont généré pas mal de fric) et une même une suite à la série; Bloody Delinquent Girl Chainsaw Reflesh. Suite qui a 0.05% de chances de paraitre ici vu le peu de succès de la série…

Bref, si vous voulez lire un truc décalé et pas prise de tête, nerveux et jouissif, que vous ayez rien contre une « peu » de sang et de mauvais gout assumé saupoudré de pas mal d’humour, foncez vous le regretterez pas!

Le premier chapitre de cet OVNI : http://www.akazoom.fr/bloody-delinquent-girl-chainsaw-t1#/1

21 commentaires

  1. J’avais adoré Reiko the zombie shop que je suis plus ou moins en train de relire (plus ou moins car je suis au tome 5, mais en stand bye car je travaille loin de chez moi et pour lire mes mangas, c’est pas le top…). Je vais prendre mon temps pour découvrir cette nouvelle série. Mais je sais pas, je le sens moins bien que Reiko, j’espère me tromper.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s