Vagabond explore le catalogue Kana : Capitaine Albator Dimension Voyage

Nouvelle incursion dans le catalogue Kana avec un grand classique !

Si vous étiez vivant durant ces 30 dernières années, impossible que vous n’ayez jamais entendu parler d’Albator. Début 2016, un reboot de cette série emblématique est d’ailleurs sorti. En attendant le tome 3, petite review des 2 premiers tomes sortis…

Ca raconte quoi?

capitaine-albator-dimension-voyage-manga-volume-1-simple-239204.jpg

Une mystérieuse sphère noire, couverte de glyphes, s’est écrasée sur Terre. Cet événement pourtant exceptionnel et sans précédent, laisse le gouvernement et la population dans l’indifférence la plus totale…Malgré les glyphes mystérieux qui la recouvre ou simplement la nature de la chose, personne ou presque -et surtout pas le gouvernement- ne se demande de quoi il peut s’agir ou d’où elle vient.

Pire; ceux qui alerte l’opinion et se pose des questions sont ignorés voire tourné en ridicule!

Et si un peuple de guerrières extra-terrestre qui ont perdu leur planète d’origine étaient derrière tout ça? Et si elles prévoyaient l’invasion de la Terre et l’anéantissement de l’Humanité mais que les terriens qui vivent dans l’opulence, noyés dans l’inconscience et la futilité restaient aveugle et sourd aux véritables menaces qui les guettent?

A présent, la Terre se retrouve donc sans défense…Ou presque car Albator lui a compris la menace qui planait sur la Terre.

Verdict:

Avertissement : Chuis un vieux trentenaire, donc même si Harlock ça en jette, pour moi ça reste et ça restera Albator ^^

Petite mise en situation :

Albator (ハーロック, Harlock en V.O) est surtout connu chez nous pour ses adaptations animées (Albator 78 & 84) qui ont fait les belles heures de l’émission Récré A2 dans les années 80, mais c’est avant tout un manga de Leiji Matsumoto. Si la première apparition d’Albator date de 1969, le manga dont est tiré l’animé et le reboot dont il est question aujourd’hui a été publié entre 1977 et 1979 au Japon.

Le personnage d’Albator/Harlock apparait dans une dizaine d’œuvre de Leiji Matsumoto (Galaxy Express 999, Gun Frontier, Queen Emeraldas…) et nombre de films, OAV etc..

Composé de 5 tomes, le manga original de Leiji Matsumoto n’as pas de fin à proprement parler. En effet la version animée de Rintaro (Albator 78) ayant rapidement rattrapé puis dépassé le manga, Leiji Matsumoto n’as jamais pris la peine de dessiner la suite et la fin du manga.

Les années ont passées et tout aurait pu en rester là, mais en juillet 2014, on apprend qu’Albator va reprendre dans le Magazine Champion Red et que ce sera supervisé par Leiji Matsumoto himself ! Une super nouvelle pour les fans du balafré comme moi ! Mais, je pensais franchement jamais le voir arriver chez nous…

Lors de l’annonce de la sortie au Japon je me suis dit ; « Dommage, y’a vraiment peu de chances de le voir débarquer ici, j’le lirais autrement ». Mais non, je me trompais, les éditions Kana, nous l’ont livré, tout beau, tout traduit et dès février 2016 sivouplait^^ Merci à eux !

Mais qu’est-ce que ce reboot (même si il est supervisé par Matsumoto) a dans le ventre, surtout comparé à l’œuvre originale qui fait désormais partie des classiques du manga ?

Déjà, graphiquement faut avouer que ça en jette ! Les jaquettes puent la classe, le dessin est léché et super détaillé…

Même si c’est très différent et plus moderne, je reconnais bien l’univers si particulier de Matsumoto (appelé Leijiverse) et si le but était de moderniser l’ensemble, faut avouer que c’est plutôt réussi ! Shimahoshi Koichi, le nouveau dessinateur a saisi et respecté tout ce qui fait la particularité et le cachet des œuvres du Maitre :

  • Parchemins narratifs
  • Cadrans à foisons
  • Double pages illustrés par des vaisseaux
  • Filles longilignes à longue chevelure
  • Persos masculins relativement petits et laids^^

D’ailleurs le chara-design des personnages emblématique est quasiment le même et on les reconnait au premier coup d’œil !

gallery_474_9_151667.jpg

Narrativement, ceux qui ont déjà vu ou lu du Albator seront clairement en terrain connu, dans ce premier tome, c’est grosso-merdo la même version que le manga original ou la version TV (Albator 78), saupoudrés de quelques passages tirés d’autres œuvres de la licence (comme The Endless Odyssey)

Donc pour les fans de la série, rien de nouveau sous le soleil, néanmoins pour les néophytes à l’univers du Balafré, ce manga est un très bon moyen d’y mettre le pied. Notamment grâce à une présentation efficace de l’Univers et du « Captain ».

Bien menée et complète, cette introduction inédite, plutôt originale et inventive pose vraiment bien les bases du récit. Ceux familiers au Leijiverse seront ravi de voir des clins d’œil à des titres comme Galaxy Express 999, Yamato ou Queen Emeraldas parsemés les pages de ce reboot. Pour les autres c’est juste de l’info pour poser efficacement le background et qui ne ralentit pas l’intrigue.

Albator.jpg

Comme avec beaucoup de premier tome, on installe la trame globale et les personnages. Même si c’est quasiment un redite de l’œuvre originale, sans grandes prises de risques scénaristique. En même temps dur d’améliorer ou modifier quelque chose qui frôle déjà la perfection ^^

Si ce premier tome est « grosso-merdo » un copier/coller de ce qu’avait déjà dessiné Matsumoto, le 2e tome semble de prime abord prendre un chemin un peu différent…

En effet, toute la première partie de ce tome 2 est concentrée sur la rencontre d’Albator, Tochirô et Emeraldas. Rencontre aussi avec l’Arcadia (le vaisseau emblématique), le fameux oiseau pleureur et le vœu de Tochirô ^^

Mais hormis ce flashback, l’histoire reprend rapidement la trame originale de Matsumoto.

Donc actuellement, la trame globale est quasiment la même que celle du manga de 1977 et Shimaboshi enlève ou ajoute des éléments par rapport à l’œuvre de Matsumoto… Et pour avoir rapidement comparé les deux titres, je dois reconnaitre que ça fluidifie vraiment le récit. C’est clairement plus rythmé et fluide comme narration et rajouté au dessin (vraiment pas dégueu), ça colle vraiment aux standards du manga actuel.

Comparaison Arcadia.jpg
L’arcadia par Leiji Matsumoto (haut) et Koichi Shimaboshi (Bas)

Plutôt pêchu et dynamique, tout en collant à l’esprit originale de l’œuvre, on peut dire que jusqu’à maintenant ce « reboot » est pour moi un pari réussi qui devrait séduire les aficionados du balafré comme les néophytes.

Car même s’il reste un excellent classique de qualité (à lire !), faut avouer qu’avec presque 40 ans au compteur, l’œuvre originale de Matsumoto a (un peu) vieilli et est donc moins accessible pour un jeune lectorat.

Le manga proposé par Shimaboshi, ne dénature absolument pas l’œuvre originale et lui rend vraiment justice. Le tout adapté aux standards actuels : dessins, trames, narration… Ce qui devrait permettre de nous garantir une nouvelle génération de fans du plus cool des Corsaires de l’espace : Albator !

Pour ceux qui ne connaîtraient pas la série, on y retrouve en vrac :

  • Un Héros qui pue la classe !
  • De l’action
  • Des vrais enjeux et une vraie intrigue
  • Des hommes avec un grand H
  • Des personnages charismatiques
  • Des combats épiques (de vaisseaux spatiaux et/ou d’hommes)
  • Du fond et un message
  • Une excellente histoire

Si en plus le tout est livré par un somptueux coup de crayon, une narration fluide, dynamique et actuelle, ce serait dommage de passer à côté.

602b1f39202537bce650a385afb052a2

Pour ceux qui ne connaissent pas la série, c’est un excellent moyen de pénétrer dans l’univers d’Albator (et du Leijiverse) et pour les autres une excellente excuse pour la redécouvrir^^ En plus, on ne peut qu’espérer enfin avoir la conclusion en version papier avec cette nouvelle version…

Niveau édition, Kana nous livre un boulot nickel comme d’hab’ : petite page couleur en entrée de tome, impressions nettes et sans bavures, papier sympa, une jaquette bien brillante, bref du Kana normal, quoi.

Certains puristes réagiront sûrement à l’emploi de noms francisé comme Sylvidres ou Albator, mais franchement perso, j’m’en fous… J’ai entendu ces noms toute mon enfance, pour moi c’est normal et ça me fait plaisir de les retrouver.

Bref, une très bonne occasion de découvrir ou redécouvrir ce classique, qui a clairement contribué à installer durablement les mangas chez nous. La version originale comme le reboot sont dispos aux Editions Kana.

Vivement le tome 3 de Capitaine Albator Dimension Voyage, le 20 janvier 2017 !

Le trailer : https://youtu.be/IPW7lwsvpfQ

Capitaine Albator Dimension Voyage/Captain Harlock ~ Jigen Kôkai © 2014 Leiji Matsumoto & Koichi Shimaboshi – AKITA SHOTEN. (Publié aux éditions Kana)

Publicités

6 commentaires

  1. Oh je ne savais pas que la série manga n’avait pas vraiment de fin. J’adorais l’anime et j’avoue que ce reboot me tente beaucoup. Pas plus tard que samedi, j’ai vu les anciens à la médiathèque et je me suis dit *tiens, j’ai jamais lu, il faudra que je les emprunte une prochaine fois*. Je n’avais pas encore entendu parler du reboot. Merci pour la découverte !

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s