Rainbow [Manga de Kakizaki & Abe]

Rainbow… Arc en ciel en anglais… Dit comme ça on pourrait presque penser à un titre gai et coloré ^^ Mais Rainbow est loin d’être un titre gai et coloré…

rainbow-ultimate-1-kazeSynopsis :

Anchan, Mario, Heitai, Kyabetsu, Suppon, Joe, Baremoto…
Sept vies brisées avant d’avoir réellement commencé… Sept jeunes qui vont devoir partager la même cellule dans une prison pour mineurs. Laissés pour compte d’une société japonaise des années 50 en pleine reconstruction, ils partagent le même rêve, celui de retrouver un jour la liberté. Ils attendent qu’une lueur d’espoir apparaisse dans ce monde carcéral ténébreux, comme un arc-en-ciel qui surgirait après la pluie.

Préambule :

Rainbow , c’est une claque, un titre coup de poing ! Cru, réaliste et dur, c’est un titre sans concessions qui développe sans (trop) occulter le quotidien de jeunes garcons, dans le Japon d’après-guerre… Une période dure ou le Japon doit se relever de sa défaite, des conséquence d’Hiroshima et Nagasaki (La bombe A pour ceux qui auraient séché le cours d’histoire ^^) et vivre sous tutelle américaine… Avec les abus que ça peut entrainer. 

Il faut savoir que ce manga se découpe en quatre parties distinctes, chacune se concentrant sur une époque et un moment charnière de la vie du groupe de jeunes gens que nous suivrons dans Rainbow. 

La 1ère partie se concentre sur la présentation des personnages et de comment le destin va les lier les uns aux autres :

En l’an 30 de l’ère Showa (1955), six adolescents âgés de 16 à 17 ans sont envoyés dans la maison de redressement de Shônan. Ce qui les attend à l’intérieur est peut être pire que l’enfer… Entre le responsable de l’infirmerie qui profite de sa position pour se livrer à des attouchement voire plus,  les gardiens qui en profite pour passer leur frustrations et leurs colères sur ces jeunes gens et le milieu de la maison de redressement et la vie avec les co-détenus, c’est en effet en enfer qu’ils ont atteris !

Mais la rencontre avec Sakuragi Rokurôta un de leur condisciple pourrait bien changer leur vie… Ces jeunes gens sont : 

  • Mario Minakami ,17 ans, condamné pour tentative d’homicide. «J’ai tabassé un professeur violemment car il tentait de violer une lycéenne.»
  • Tadayoshi Tooyama, 17 ans, condamné pour coups et blessures. «J’ai voulu protéger ma mère d’un fou furieux.» Surnom : Heitai, ce qui signifie militaire en argot japonais.
  • Ryuji Nomoto, 17 ans, condamné pour escroquerie et vol. «J’ai escroqué des gens au jeu.» Surnom : Baremoto, ce qui signifie je tente sans regrets, quitte à me faire prendre.
  • Mansaku Matsura, 17 ans, condamné pour coups et blessures. «J’étais ivre et j’ai balancé une plaque d’égout sur un homme». Surnom : Kyabestu qui veut dire chou en japonais, faisait référence à son tatouage sur l’épaule.
  • Jô Yokosuka, 16 ans, condamné pour violence. «Un homme a essayé de me violer, je me suis défendu.» Surnom Joe.
  • Noboru Maeda, 16 ans, condamné pour vol. «Je vole pour vivre.» Surnom Suppon, qui fait référence à une tortue carnivore qui ne lâche jamais sa proie.
  • Et Rokurôta Sakuragi -surnommé Anchan- dont on ne connait pas les raisons de la condamnation…

Ces 7 gars décident ensemble de se serrer les coudes et de surmonter la dureté de leur univers ensemble. Et pour tenir le coup chacun s’accroche a un rêve et à leur promesse commune de s’en sortir…

rainbow

2ème partie : 

Nous sommes à présent en 32 de l’ere Showa (1957), et les blessures et les rancœurs de la maison de redressement sont encore bien présente… Leurs bourreaux sont toujours libres et les victimes n’ont rien oublié. Mais la vengeance n’est pas simple pour des anciens détenus à peine rentrés dans le rang… 

3ème partie :

Année 35 de l’ère Showa (1960), nos ex détenus sont rentré dans la vie active et chacun fait ce qu’il peut pour s’en sortir… Mais un événement issus du passé pourrait bien tout faire basculer. L’amitié et la confiance né dans la difficulté suffiront-il à surmonter cette nouvelle épreuve ? Escroquerie, suspense, action et tromperie définissent bien cette troisième partie…

4ème partie :

Nous somme en 1964  et cette dernière partie du manga est centrée sur le passé de Rokurôta Sakuragi… On apprendra finalement comment et pourquoi il s’est retrouvé au centre de redressement. Et malgré les années qui ont passé, les gars ont encore une dernière promesse à tenir et ils vont tout faire pour la réaliser…

Verdict : 

Comme je l’ai écrit en début d’article, Rainbow , c’est une claque, un titre coup de poing ! Une œuvre crue, réaliste et dure ou rien ne nous est occulté ou épargné. Le tout mené de main de maitre par Masasumi Kakizaki (dessin) et George Abe (scénario).

Et ancré dans une réalité historique dont on a peu entendu parler… En effet les américains qui occupaient le Japon après la guerre ne se vantent pas de leur abus, et les Japonais ne se vantent pas plus des conditions difficile d’après-guerre et de leur statut de perdant. Néanmoins ce n’est pas ça le cœur de ce manga. Le cœur et le sel de ce manga c’est surtout le parcours et la volonté de notre groupe de s’en sortir et de vivre leurs rêves tout en pouvant compter les uns sur les autres. En fait Rainbow c’est avant tout une très belle histoire d’amitié mais dans un background réaliste et dur. Et rien n’est occulté ou caché dans Rainbow : les viols comme les maltraitances, le racket des soldats US ou des gens ayant un peu de pouvoirs et toujours au détriment de plus faibles… 

Et même si c’est dur et violent, voire limite déprimant par moments, il y a quand même de très beaux passages et de belles leçons à en tirer… En plus les intrigues sont prenante , rythmées et on a envie de voir comment ça va évoluer se terminer… Le tout servi par une palette de personnages riches et charismatiques avec leurs propres défauts et leurs qualités, mais qu’on prendra plaisir à suivre dans leur évolution. Comme on suit les personnages a différentes époques, on saisit bien leur évolution et comment ils « grandissent » et s’insère dans cette société qui les avaient rejetés au départ. Comme on se concentre sur différentes époques charnières cela permet d’éviter que l’intrigue ralentisse ou s’enlise dans des moments plats et de garder un rythme soutenu et fluide…

rainbow-visual-4


Le dessin est joli et fouillé et colle parfaitement au propos… Les époques, les lieux et les atmosphère sont aussi très fidèlement retranscrit à la limite du palpable… Je me souviens d’un passage qui se passe sous la pluie, l’atmosphère est tellement bien rendue que j’avais presque l’impression d’être mouillé ^^ Le taf d’édition de Kazé est bon même si je trouve les tomes triple un peu dur à manipuler (je leur préfère la 1ere Edition en tomes simples) je leur reconnais le mérite d’être pas cher et de permettre à tous de découvrir cet excellent titre !
 

Clairement un titre à ne pas mettre entre toutes les mains de par son contenu et sa profondeur, car il faut un minimum de background pour pouvoir en saisir tout le propos et le message derrière… Mais si on est assez mûr, c’est alors un titre à lire absolument et à avoir dans sa mangathèque. Ne fut-ce que pour connaitre –un peu- la situation du Japon après la seconde guerre mondiale et surtout pour lire un putain de bon titre ! 

En plus le titre bénéficie d’une vraie conclusion qui a le mérite de boucler la boucle…

 

«Nous sommes libres.»

 

Kazé : http://manga.kaze.fr/catalogue/rainbow

Publicités

1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s