Le monde selon Setchan [Manga de Tomoko Oshima]

Putain… Voila ma première réaction quand j’ai refermé Le monde selon Setchan.

Je préviens d’avance ça va être court, mais j’avais vraiment envie de livrer mon ressenti sur Le monde selon Setchan.

Peut être pour mieux appréhender ce que je viens de lire et vivre. Peut être pour le digérer. Mais pourtant j’ai pas vraiment les mots pour le dire. J’arrive tout simplement pas a mettre des mots pour retranscrire ma lecture de ce titre.

lemondeselonsetchan-scaled-1

Ce que ça raconte dans le fond? Difficile a expliquer car ça raconte rien mais en même temps ça raconte tellement de trucs. Y’a une histoire qui se déroule évidemment -sur un fond de révolte estudiantine- mais c’est dans le fond juste des moments T que vivent les protagonistes du récit. Car dès les premières pages ou en lisant le synopsis on connait la finalité de tout ça :

Dans un monde alternatif, la société tokyoïte est secouée par des mouvements étudiants. Sur fond de terrorisme et de préoccupations nucléaires post-Fukushima, Setsuko, étudiante, fait figure d’exception. Apolitique, détachée de cette réalité, elle n’a d’attrait que pour le sexe sans engagement. Par un après-midi ensoleillé, elle sera pourtant abattue dans une fusillade.

L’auteur nous emmène dans des moments de vies qui ont menés -ou pas- vers cette finalité connue depuis le début. Pourtant on est happé dans le récit et on tourne les pages sans même s’en rendre compte… C’est mélancolique mais en même temps y’a ce petit quelque chose, cette touche d’espoir, cette sensation douce où on se laisse porter. Et au moment ou les choses semblent doucement se mettre en place, tout s’interrompt brusquement. Les protagonistes du récit comme les lecteurs sont stoppés en plein vol et donc confrontés au « et si ». Mais c’est là qu’on commence à percuté dans quoi on a été happé et les questions que cette lecture nous pose et limite nous impose…

Et même si cette coupure brusque et abrupte est quelque part frustrante, elle fait pourtant partie intégrante et pour moi une des forces de ce récit. Cette structure un peu éclaté, étiolé, au final ça rythme efficacement et subtilement le récit ça lui donne une structure unique, une substance, qui est tellement à propos quand on prend le truc dans son ensemble. Le tout accompagné par un dessin simple, clair et efficace. C’est très « pur » et totalement au service du récit.

Ce titre est déroutant, percutant mais pourtant un perfect du début à la fin. Et parmi les trucs les plus forts que j’ai pu lire…

le monde selon setchan

3 commentaires

  1. Après si longtemps à attendre j’ai enfin terminé ce titre, et même si ma réaction à plutôt était « c’est donc ça » je comprends ton envie de parler du titre sans forcément trouver les mots pour décrire ce qu’on a lu.

    Comme tu l’as si bien dit dans ton article « ça raconte rien mais en même temps ça raconte tellement de trucs ». J’ai vraiment eu l’impression après avoir terminé ma lecture d’avoir assisté à un bref passage presque insignifiant d’une vie, mais un massage suffisant pour comprendre qui était Setchan, mais aussi sa vision sur les manifestations et attentat qu’elle accepte et sais que peu importe la finalité, cela ne changera rien à la vision qu’elle à de la vie.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s