Chronique Express : The Fable T. 1 & 2

The Fable sur le papier c’est typiquement le genre de titre que je kiffe, alors évidemment j’ai testé pour voir…

The Fable T01Ca raconte quoi ?

Muni de son arme favorite, un pistolet Nighthawk couleur anthracite, “Fable” est un tueur professionnel craint de toute la pègre japonaise. Hommes politiques, mafieux, personnalités publiques… Ce génie de l’assassinat peut envoyer n’importe laquelle de ses cibles six pieds sous terre. Et en six secondes, si le cœur lui en dit. Sauf qu’un beau jour, son commanditaire lui ordonne de tout mettre en pause et de mener la vie d’un citoyen ordinaire, dans la planque d’un clan de yakuzas à Osaka. Interdiction de tuer ou d’attaquer qui que ce soit pendant une année entière.

Pour cette arme humaine au tempérament imprévisible, entourée de criminels à la gâchette facile, c’est le plus dur des contrats qui commence…

Verdict :

Créé par Katsuhisa Minami, The Fable est prépublié dans le Weekly Young Magazine depuis novembre 2014. La 1ere saison de la série compte 22 tomes et la saison 2 (nommée « Part 2 ») a débuté en juillet 2021. Le titre a également remporté les 41ème Kodansha Manga Awards. On peut donc clairement dire que le titre a son petit succès au Japon et il a même été adapté en film live en 2019 et un second film est sorti en juillet 2021.

Bref,

The Fable s’annonce de prime abord comme un titre cru et dur, dès les premières pages on est dans l’ambiance quand on voit le gars dézinguer à tour de bras et sans sourciller avant de regarder tranquillou son émission de variété favorite et rire à gorge déployé devant son comique préféré.

On commence donc par suivre le parcours de Fable, un tueur et pas n’importe lequel, c’est le meilleur de la profession qui compte plus de 70 contrats à son actif. Le gars est pro, blasé et considère le meurtre comme un job pour lequel il a été formé. Si certains vont au bureau ou à l’usine, lui il bute des gens pour gagner sa vie.

Mais si The Fable se limitait à suivre les péripéties et les contrats d’un tueur, ça ne volerait pas bien haut et ce ne serait dans le fond qu’un banal truc de tuerie. Car The Fable part rapidement sur autre chose; un tueur qui ne peut pas tuer pendant un an et qui doit se fondre dans la masse et passer inaperçu. En gros devenir « normal ». Dur-dur quand on est une machine à tuer et qu’on ne connait que le meurtre depuis toujours.

C’est donc sur ce postulat que démarre vraiment notre histoire qui va donner lieu a pas mal de quiproquos et de situations rocambolesques…  Et c’est surtout sur ça plus que sur de l’action pure que repose The Fable. Dans ces deux premiers tomes , outre la mise en place des personnages et de l’intrigue on assiste a un jeu de dupe avec les Yakuzas chargé de donner asile a notre tueur (et sa fausse sœur) qui décident de l’espionner et de le mettre à l’épreuve. Si certains Yakuzas sont au courant de la condition de notre tueur, d’autres ne le sont pas et pense avoir affaire a un gars normal. S’ensuit donc des situations décalées ou Fable doit donner le change et éviter de se faire démasquer par ceux qui ignore qui il est et malgré tout aller contre son instinct et ses réflexes de tueur. Mais comme il ne connait que ça, il va devoir composer avec ses compétences pour s’en sortir. En plus le gars est un peu un inadapté social ce qui ajoute encore au comique de la chose…

Et pourtant on peut déjà sentir que la série ne se limitera sans doute pas qu’a ça, car d’autres éléments se mettent déjà en place notamment sur le background des personnages qui est distillé par petites doses. On comprend par exemple que Fable a été formé très jeune a ce boulot et que son boss à l’air d’être quelqu’un de plutôt connu et influent dans le milieu…

Et tout ça en n’oubliant pas un peu d’action et de rigolade un peu graveleuse !

Cette image a un attribut alt vide ; le nom du fichier est the-fable.png

Niveau dessin, c’est efficace, plutôt réaliste, ce qui renforce encore le coté décalé du truc. La mise en scène est fluide, le découpage clair, l’action est claire et lisible. Perso chuis pas fan des décors photoréalistes mais ça fait efficacement le job faut le reconnaitre. La narration est propre et immersive, Katsuhisa Minami mène sa barque et sait ce qu’il fait.

Coté édition c’est du Pika de base, papier et impression corrects, jolie jaquette, voilà. La lecture et le travail d’adaptation est fluide et plutôt bien tournée. Pour le premier tome on a droit a une jaquette inédite s’inspirant de l’affiche du film (et qui spoile un élément du 2e tome) et la jaquette originale au verso.

Sans rien révolutionner (car ça m’a quand même énormément rappelé Hitman Part Time Killer qui joue sur le même genre de ressorts) The Fable fait efficacement son job, mais a voir comment ça tient sur la durée…

Découvrez les premières pages : https://www.pika.fr/livre/fable-t01

Merci à Furyo Gang pour les compléments d’informations.

3 commentaires

  1. The Fable m’avait convaincu par son scénario dés le départ. J’ai lu les deux premiers tomes et sans être un must-have et un titre que je cours acheter dés la sortie d’un nouveau tome, c’est une lecture très plaisante et divertissante qui fait bien son taf.

    Ca se lit bien, sans temps mort et d’une traite facilement. Je pense que l’auteur tient un bon truc et qu’il peut développer ça très bien au fil du temps.

    Perso j’ai mis l’autre jaquette sur le T1, plus classe 😀

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s