One Piece : entre parallélisme et répétition

One Piece et moi ça fait un bail qu’on traîne ensemble…. Je l’ai découvert vers 2002-2003 avec les tomes noirs sans jaquettes de chez Glénat. Aujourd’hui on est en 2020, One Piece est annoncé sur sa fin et j’achète toujours mon tome a chaque sortie. Et comme on apprend à connaître un vieux copain, avec le temps, j’ai appris a connaître et décoder One Piece. Décryptage de ce monument du shōnen nekketsu.

Commençons par le commencement et un peu de bla bla situationnel;

One Piece débute en 1997 dans le Weekly Shonen Jump. Des le début, la série marche plutôt pas mal et rapidement soutenu par l’anime, gagne tome après tome de la popularité et un lectorat fidèle. La série fini même par s’imposer comme LE shōnen nekketsu et par décrocher le titre de manga le plus vendu dans la monde.

Après un démarrage convaincant et quelques chouettes arcs bien rythmés comme Arlong Park ou Drum, c’est clairement avec l’excellent arc Alabasta, qu’Oda trouve LA recette et son rythme de croisière. Les personnages et les personnalités de l’équipage sont posés, les premiers gros antagonistes à fruits du démon (Crocodile, Mr 1) pointent le bout de leur nez, et la trame se tisse peu a peu avec la mis en place des Corsaires ou de la Marine, l’introduction des Ponéglyphes, les armes Antiques, le siècle oublié etc…

Et faut avouer que tout ça mis ensemble ça fonctionne bien, très très bien même. Y’a plus qu’a continuer sur cette lancée et faire monter la sauce… Ce qui est fait avec le double arc suivant ; Jaya-Skypeia. Au menu, îles célestes, civilisation antique, vieille promesse et message de Roger himself. Et Oda continue de confirmer avec Enies Lobbies et ses révélations sur les armes antiques, sur la formation du GM et première mention du siècle oublié. Thriller Bark, Sabaody et surtout Marine Ford, continuent de faire monter la hype en donnant de nouveaux éléments sur ce qu’on savait déjà et en approfondissant certains backgrounds. Des arcs épiques, mouvementés et rythmés, recelant leurs lots de rebondissement, de révélations et d’epicness. Et en définitive depuis ses débuts, One Piece ne fait que monter crescendo en terme de qualité, de profondeur et évidemment de popularité jusqu’à, la pause des 2 ans d’entrainement.

Et c’est a partir de ce moment qu’on peut clairement parler du parallélisme comme une figure qui marque l’ensemble de l’œuvre. Car oui s’il y a bien une figure qui caractérise l’ensemble de One Piece c’est le parallélisme. Que ce soit en terme de liens entre les personnages, entre leurs histoires/parcours ou en terme de narration pure.

Le premier parallèle que le lecteur peut remarquer et assez rapidement, c’est la résonance Luffy-Roger. Truc qui sera d’ailleurs souligné par nombre de protagonistes qui ont rencontrés les deux personnages, mais aussi par divers éléments dans leurs parcours respectifs. Ces éléments sont distillés de manière explicites ou suggérés voir même sous-entendues. Et si certains éléments paraissaient anecdotiques quand ils sont apparus, beaucoup prennent tout leur sens avec le recul et quand on y regarde de plus près.

Commençons par les trucs évidents :

  • Roger comme Luffy viennent d’East Blue
  • Ils sont porteurs du D
  • Ils maîtrisent le Haki des Rois
  • Leurs navires respectifs ont tous les deux été construits a Water Seven et en bois d’Adam. L’Oro Jackson, par Tom le charpentier et le Thousand Sunny par le disciple de Tom, Franky.
  • Le chapeau de Paille appartenait originellement a Roger
  • Tous les deux ont accueilli un membre de la famille Kozuki sur leur bateau, Oden pour Roger, Momonosuke pour Luffy.
  • Tous les deux on le pouvoir d’entendre la voix de toute chose

Les personnages ayant rencontrés Luffy et Roger ont souvent fait au moins un rapprochement entre les deux

  • A Logue Town, sur l’échafaud ou Smoker constate que Roger et Luffy ont eu la même réaction face à la mort : sourire.
  • Au Cap Jumeau, Crocus fait le parallèle entre le comportement de Luffy et celui de Roger.
  • A Drum, Kureha dit laconiquement a propos de Luffy  « Ainsi la volonté du D se perpétue ».
  • Gann Forr sur Skypeia
  • Quand Rayleigh demanda à Shanks au sujet de son bras et du chapeau de paille, Shanks répond qu’il a rencontré un jeune garçon -Luffy- qui avait prononcés les mêmes paroles que Roger.

Les trucs sous-entendu

  • Le plus grand rival de Roger était Barbe Blanche, la Némésis de Luffy est clairement Barbe Noire.
  • Celui qui a poursuivi inlassablement Roger était Garp, Smoker qui a juré d’arrêter Luffy semble parfaitement taillé pour être le parallèle de Garp.
  • C’est Brook qui est l’origine du voyage de Crocus sur l’Oro Jackson, et Brook, Crocus et Luffy sont liés par Laboon.
  • Garp a mentionné que Roger mettait ses compagnons au dessus de tout, Luffy a déjà montré à plusieurs reprises l’importance qu’ont ses compagnons pour lui.

Pourtant, dire que Luffy, est un clone de Roger c’est prendre un dangereux raccourci. Il y a clairement des similitudes entre eux et les résonances dans leur parcours et leurs caractères sont nombreux, mais les deux personnages se font écho plus qu’ils ne sont réellement similaires. D’ailleurs Roger/Luffy ne sont pas les seuls impactés par ce schéma, car on peut faire des parallèles (liés a Luffy/Roger ou non) entres personnages, actions et époques tout au long de l’œuvre. Citons en vrac :

  • Yassop et Usopp, tous deux recrutés sur leur ile par deux pirates ayant des liens entre eux
  • Robin sauvée deux fois par quelqu’un qui est porteur du D, enfant par Haguar D Sauro et plus tard par Monkey D Luffy
  • Toujours Robin avec le Buster Call, le premier marquant sa cavale, le second marquant sa libération.
  • Don Chinjao qui transfère sa rancœur envers Garp à Luffy et décide de lui faire payer
  • Rayleigh et Zoro ont tous les deux une citatrice à l’œil. Et occupe le même poste de second dans leurs équipages respectifs
  • Les chamailleries incessantes de Sanji et Zoro renvoient a celle de Shanks et Baggy.

Ces parallèles entre personnages sont même plus importants dans leurs parcours et pour l’histoire que la filiation héréditaire qui est généralement LE ressort scénaristique de ce genre de fresque. Oda établit des filiations de sang mais elle sont rapidement dépassées au profit de filiations spirituelles. Ace est le fils de Roger, mais c’est plus un fardeau pour lui, celui qu’il considère comme son père reste Barbe-Blanche. Dragon ne représente rien pour Luffy, en un sens son père spirituel est Shanks. La vraie famille de Luffy est dans un premier temps Ace ,Sabo, Dadan & co, puis son équipage. Garp étant le grand père absent et tyrannique. Pour Sanji, Nami, Chopper et Franky c’est pareil. La filiation avec Zeff, Belmer, Hiluluk et Tom est spirituelle et pas héréditaire, mais pourtant forte et cette relation a eu un impact fort sur leurs parcours et leurs vécus. Et cela a bien été appuyé dans l’histoire au travers des flashbacks qui présentaient leurs personnages. Clairement dans One Piece, les parallèles entre les différents personnages et leurs histoires sont nombreux, pourtant, si Luffy est le héros dont on suit les aventures, le créateur du mythe et celui qui a donné à Luffy son objectif, c’est Roger.

Dans le fond toutes les aventures vécues par Luffy & Cie et ce qui en découle, sont possibles parce que Roger à acquis le titre de Seigneur des pirates et déclenché la grande ère de la Piraterie.

Les thèmes du parallélisme et de la répétition sont comme je l’ai dit, une récurrence dans One Piece et cela impacte le manga dans sa globalité.

Au niveau des liens entre les personnages ou leurs parcours comme on l’a vu, mais aussi au niveau de la narration ou plutôt des schémas narratifs qui n’y échappent pas. En effet après l’ellipse Oda va répéter des schémas et des ressorts scénaristique déjà utilisés dans les arcs pré-ellipse. De plus cette pause n’intervient pas a n’importe quel endroit ni a n’importe quel moment de l’histoire. Cette pause survient juste à la moitié du voyage que représente la traversée complète de Grand Line, pile a l’exact opposé de Reverse Mountain. A ce niveau ça ne peut pas être qu’un hasard.


Et pour bien comprendre la suite, il faut d’abord faire un peu de chronologie:

On peut découper One Piece en trois parties distinctes qui ont toutes des liens entre elles. Ces trois parties pouvant elles-même être découpées en sagas et ces sagas pouvant être découpées en arcs. Des gars sur Wikipédia ont tout très bien fait avant moi, je vais donc m’en resservir:

  • Pré Grand Line : Du début jusqu’au départ de Loguetown

    • 1 Saga East Blue
      • 1.1 Arc Romance Dawn
      • 1.2 Arc Village d’Orange
      • 1.3 Arc Village de Sirop
      • 1.4 Arc Baratie
      • 1.5 Arc Arlong Park
      • 1.6 Arc Loguetown
  • Grand Line : Après le passage de Reverse Moutain

    • 2 Saga Alabasta
      • 2.1 Arc Reverse Mountain
      • 2.2 Arc Whiskey Peak
      • 2.3 Arc Little Garden
      • 2.4 Arc Île de Drum
      • 2.5 Arc Alabasta
    • 3 Saga Île céleste
      • 3.1 Arc Jaya
      • 3.2 Arc Skypiea
    • 4 Saga Water Seven
      • 4.1 Arc Long Ring Long Land
      • 4.2 Arc Water Seven
      • 4.3 Arc Enies Lobby
      • 4.4 Arc Post-Enies Lobby
    • 5 Saga Thriller Bark
      • 5.1 Arc Thriller Bark
    • 6 Saga Guerre au Sommet
      • 6.1 Arc Archipel des Sabaody
      • 6.2 Arc Amazon Lily
      • 6.3 Arc Impel Down
      • 6.4 Arc Marine Ford
  • Post ellipse : Après la séparation des 2 ans

    • 7 Saga Île des Hommes-Poissons
      • 7.1 Arc Retour à Sabaody
      • 7.2 Arc Île des Hommes-Poissons
    • 8 Saga Dressrosa
      • 8.1 Arc Punk Hazard
      • 8.2 Arc Dressrosa
    • 9 Saga Quatre Empereurs
      • 9.1 Arc Zo
      • 9.2 Arc Île Tougato/Whole Cake Island
      • 9.3 Arc Rêverie
      • 9.4 Arc Pays des Wa

Avant de commencer, je passe vite fait sur la construction narrative de quasi tous les arcs qui est une répétition tout au long du manga. Et qui donne grosso-merdo:

Luffy & Cie débarque sur une île,  l’explore, font la connaissance des locaux, se rendent compte qu’il y à un soucis, se confronte à l’antagoniste de l’ile, monte un plan pour le battre, le batte puis font un banquet avec leurs nouveaux potes qu’ils se sont fait sur place. Basiquement mis à plat et avec plus ou moins de broderies scénaristiques, voila la structure basique de One Piece. Et dans tout la série, le but final des arcs est dans le fond le même : il s’agit toujours de libérer un pays/ville/peuple/personne du joug d’un tyran (au sens large du terme). Autre truc qui revient dans quasiment tous les arcs; la notion de « compte à rebours » dans la phase finale. La bombe à Alabasta, la foudre d’Ener à Skypeia, Robin qui ne doit pas traverser les portes de la Justice à Enies Lobbies, le lever du soleil à Thriller Bark, l’exécution d’Ace dans Impel Down/Marine Ford, l’arche Noah sur l’ile des hommes-poissons, la bird cage à Dressrosa etc.

Oda aime placer une limite de temps lors de la phase finale de l’arc.

Et pourtant ça marche tout le temps. En même temps c’est le cas de beaucoup de shōnen nekketsu mais ça rajoute une pierre à l’édifice et ça devait être mentionné…

Bref,

Avec le recul et si on gratte un peu, on se rend compte que l’après ellipse, répète plus ou moins ce qui s’est passé sur Grand Line, phase de recrutement (et encore) en moins et que le second cycle de One Piece fait écho a premier et parfois même à la saga East Blue. En même temps quand on compare les jaquettes et les titres des tomes 1 et du 61, Oda annonce clairement la couleur :

1-61 One piece

Et les retrouvailles sur Sabaody (Avec un équipage miroir de Chapeaux de Paille) passées, les parallèles narratifs pré et post ellipse se mettent en place. Pourtant c’est pas du 100% copier/coller non plus. Si certains éléments sautent au yeux et sont clairement un parallèle direct avec des événements déjà passés, certains parallèles sont plus subtiles ou pas forcément en « miroir » avec la partie pré ellipse.

Pourtant on le constate assez rapidement en posant les chose a plat et en comparant la chronologie et les enjeux des arcs pré et post ellipse.

Commençons par le 1er « vrai » arc post ellipse : L’ile des Hommes poisson. Narrativement cet arc nous renvoie déjà à la toute première partie de la série et à l’arc Arlong Park. Hody est héritier de la rancœur d’Arlong et comme lui, il hait profondément les humains et se considère supérieur à eux. Mais pourtant c’est pas le plus gros. Si on le compare à l’arc Alabasta on se rend compte que les enjeux de ces deux arcs sont les mêmes dans le fond.

Dans les deux cas, les Mugiwaras doivent au final empêcher un coup d’état et la mise en place d’un « gouvernement » tyrannique. Avec en bonus une princesse et un royaume qui deviennent des alliés, des références aux armes antiques et au siècle oublié. En effet que ce soit a Alabasta ou sur l’ile des hommes poissons, le danger vient de l’intérieur et le but final des antagoniste est de renverser le pouvoir en place via un complot. La manière est différente mais l’objectif est le même. La cible est dans les deux cas une famille royale et les deux royaumes ont un lien avec le siècle oublié. Via la famille Nefertari et la fondation du GM puis via Joy Boy et la promesse a transmettre. Et dans les 2 arcs un ponéglyphe et une arme antique…

On pourrait pousser encore plus loin en comparant la bombe d’Alabasta et son compte à rebours à la chute de Noah sur l’ile des hommes poissons pour le coté urgence et tension qu’ils entretiennent tous les deux, mais cette notion de compte a rebours revient dans quasiment tous les arcs…

On poursuit avec le double arc Punk Hazard/Dressrosa. Et rapidement on peut le lier aux arcs Jaya et Skypeia. En effet, la construction avec un « pré arc »est la même, Jaya introduit Skypeia comme Punk Hazard mène a Dressrosa. Mais Punk Hazard permet aussi de faire le lien avec le deuxième arc de One Piece. En effet quand on voit Cesar Clown, dur de ne pas penser à Baggy le Clown par leurs noms d’abord puis par leurs esprits machiavéliques lorsqu’ils sont introduits. Ces deux personnages pourtant plus faible que Luffy ont eut l’occasion d’en finir avec lui, mais manque de chances ils échouent. Ils finissent aussi par devenirs -a terme- des alliés de circonstance de Luffy. Dans les deux cas, outre la construction en arc double, on constate que dans le fond Ener ou Doflamingo, c’est le même type de boss : quelqu’un qui est devenu Dieu/Roi par la force et l’intimidation et qui fait régner la terreur sur un peuple qui accepte sa condition avec le sourire. Et même au niveau des ressorts scénaristiques on constate des parallèles évidents entre les deux sagas comme un Dieu/Roi déchu en allié des Mugiwaras, ou un palier niveau puissance, avec le Mantra/Haki pour Ener et L’éveil pour Doflamingo. Et avec même un petit clin d’oeil à Alabasta: a Dressrosa aussi le GM essaye de cacher que c’est Luffy & Cie qui ont évité le pire et essaye de mettre ça sur le compte de la Marine.

Mais c’est clairement avec les arcs Zo-Whole Cake Island que c’est devenu le plus flagrant. Car c’est quasiment les mêmes ressorts scénaristiques que pour l’arc Water 7-Enies Lobby :

Sanji qui quitte l’équipage et finit par se confronter à Luffy renvoie à Ussop/Pipo qui quitte l’équipage à Water 7 après avoir aussi affronté Luffy. Quand Luffy demande à Sanji ce qu’il veut vraiment, sa réponse : « je veux retourner sur le Sunny ! » n’est évidemment pas sans rappeler le « je veux vivre ! » de Robin à Enies Lobby. D’ailleurs comme pour Robin, Oda nous montre un Sanji impuissant et soumis à la situation à laquelle il fait face. Et la seule solution pour les deux, est de se sacrifier pour sauver l’équipage. Si Robin porte des menottes en granit marin, elles se sont transformées en contrainte morale pour Sanji. Oda donne exactement le même traitement/développement à Sanji que celui donné à Robin ; faire face à leur passé obscur avec une organisation qui tire les ficelles dans l’ombre. Et si le traitement de Sanji est calqué sur celui de Robin dans le fond, le traitement de Robin à Enies Lobby renvoie lui-même au combat contre Arlong pour récupérer Nami.

Ben wai, si on regarde bien, les deux filles quittent l’équipage puis déclarent qu’elles ne veulent plus rien à voir avec lui et qu’elles se sont juste servi d’eux. Et dans les trois cas, y’a une histoire de traumatisme d’enfance derrière tout ça.

Et au final, comme ils échouent tous les trois à résoudre cette situation par eux-mêmes, ils finissent par demander de l’aide à Luffy.

Et en poussant le truc dans le détail, on remarque que des nouvelles techniques de Luffy sont introduites durant les arcs face a des ennemis ultra-puissants forçant Luffy a se dépasser, le Gear 3 contre Lucci et le Snake Man contre Katakuri/Dent de Chien. Et dans ces deux sagas la prime de Luffy est au final multipliée par trois.

Mais c’est pas fini, car la Rêverie n’est pas sans rappeler Banaro. Si a Banaro, Ace affrontait Barbe Noire sans que la fin du combat ne soit montrée, à la Rêverie on nous montre Sabo prêt à affronter le GM, on n’en connait actuellement pas encore l’issue de cet affrontement…. Et dans les deux cas c’est un des frères spirituel de Luffy qui est mis en danger.

On arrive doucement à Wa. Si on suit la logique établie par Oda a répéter les arc pré-ellipse dans l’ordre, après les parallèles Water Seven – Enies Lobby, on devrait donc arriver à Thriller Bark.. Mais je le reconnait, de prime abord, Wa ne semble pas faire de parallèle avec la partie pré-ellipse. De prime abord… . Parce que si on yregarde plus près on constate qu’il y a pas mal de parallélismes entre Moriah et Kaido. Si Moriah fait ce qu’il fait, c’est parce que Kaido a détruit son équipage par le passé. Equipages qui dans les deux cas sont énormes et divisés en sections. Notons aussi l’obsession des deux capitaines à le rendre invincible -via les ombres pour Moriah, via les smiles/FDD pour Kaido-, ou le trio de lieutenants dans les deux équipages. Et même narrativement, on retrouve dans les deux arcs, une population opprimées mais qui à la volonté de prendre les armes et qui finira par aider, renseigner puis s’allier aux Chapeaux de Paille. A Wa on retrouve aussi les samouraïs, Ryuuma et son sabre qui ont été introduits a Thriller Bark… Et dans les deux arcs, l’enjeu et l’objectif final sont très simples ; péter la gueule au boss pour libérer le peuple de son joug.

Si on continue de suivre la logique de parallèle entre les deux parties établie jusqu’à présent, après Wa, il reste une Saga pour compléter le parcours de la partie pré ellipse. Et avec les annonces indiquant que One Piece finira dans +- 5 ans, ça se tient parfaitement. Pour rappel, la saga avant l’ellipse c’est la saga Guerre au Sommet composée des arcs Sabaody, Amazon Lily, Impel Down qui menaient tous a la guerre totale de l’arc Marine Ford. Guerre qui impliquait toutes les grandes forces (Empereurs, Marine, GM, Grand Corsaires, Supernovas) et dont la conclusion a totalement redistribué les cartes du monde de One Piece à tous les niveaux.

Et franchement dur de ne pas voir arriver un reddit puissance 10 de cette saga et du battle de Marine Ford en conclusion du manga, surtout au vu des révélations récentes et des éléments mis en place tout du long, ajouté a la construction systématique que je viens de développer…

En plus la boucle serait bouclée en parfait écho avec ce qu’Oda a mis en place depuis le début.


D’ailleurs maintenant que les schémas sont démontrés et établis, si on réfléchi platement, dans le fond c’est quoi One Piece ?

Okay c’est l’histoire de Luffy qui veut devenir Seigneur des Pirates, mais dans le fond sans Roger ce titre n’existerait pas, Luffy veut donc juste prendre la suite de Roger. Et pour ça rééditer son exploit en atteignant Laugh Tale, et accomplir le tour complet de Grand Line. En gros, faire un truc déjà fait par un ancien protagoniste qui on l’a vu est similaire en bien des points à Luffy… Une répétition en gros. Dans One Piece que ce soit dans le parcours des personnages ou narrativement, la méthodologie que suit Oda et sur laquelle il appuie son récit tout du long est d’appliquer à la lettre l’adage affirmant que l’histoire n’est qu’un éternel recommencement… Jusqu’à la conclusion. Même le parcours de Luffy « calqué » sur celui de Roger peut être justifié de la sorte, les similitudes entre les deux parcours pouvant aussi rappeler que nous sommes tous tributaires et redevables à ceux qui nous ont précédés, qu’ils nous ont transmis quelques chose, que nous allons nous-même transmettre.

Et paradoxalement c’est aussi ces parallélismes réguliers et cette réutilisation limite outrancière d’éléments narratifs qui font la cohérence et finalement une des force de la série. Car depuis le début de la série l’objectif de Luffy est clair, les éléments qui se vont venus se greffer a son parcours sont cohérents et se nourrissent l’un l’autre pour donner ce qu’il faut de profondeur, de background et de mystère pour tenir tendu un fil rouge long, dense et pour lequel on n’a au final que très peu d’éléments de réponses. Éléments de réponses qui d’ailleurs on le constate proviennent pour la plupart du passés, quand le parcours de Luffy fait écho a celui de Roger…

Mais alors, One Piece ne serait dans le fond que une redite des aventures de Roger?

Mmm. Pas si simple, car dans le cas de One Piece, la réutilisation et la répétition de schémas ou le parallélisme entre les personnages n’est pas dénuée de sens quand on prend du recul, vu les éléments mis en place et la trame tissée par Oda tout au long de l’histoire. Car tout au long du manga il est souvent question de volonté et de transmission dans. La volonté des personnages a se transcender pour aller de l’avant et accomplir leurs objectifs, oui, mais aussi et surtout de « La Volonté du D ». On le comprend au fil de l’histoire que derrière cette mystérieuse initiale se cache une quête a accomplir liée au siècle disparu etc. et que tout est au final lié. Cette quête transmise depuis 800 ans via les ponéglyphes et la volonté des générations précédentes à la transmettre à travers les ages en répétant inlassablement ces différents schémas pour a chaque fois aller un peu plus loin, chaque génération apportant sa pierre à l’édifice.  Après tout, Roger lui-même dit qu’il est arrivé trop tôt et Barbe Blanche à Marineford parle effectivement d’un homme attendu par Roger. Joy Boy parle aussi d’une promesse à accomplir dans le futur. Luffy serait donc cet homme qui bouclerais la boucle…

Et dans cette optique, la méthodologie narrative appliquée par Oda prend alors tout son sens.

Hormis ça, paradoxalement c’est aussi ces parallélismes réguliers et cette réutilisation limite outrancière d’éléments narratifs qui font la très grande cohérence dans le suivi de l’intrigue et finalement une des forces de la série. Car depuis le début l’objectif de Luffy est clair et les éléments qui se vont venus se greffer a son parcours pour densifier le récit sont cohérents et se nourrissent l’un l’autre pour donner ce qu’il faut de profondeur, de background et de mystère pour tenir tendu un fil rouge long, dense et pour lequel on n’a au final que très peu d’éléments de réponses. Eléments de réponses qui d’ailleurs ont le constate proviennent pour la plupart du passés, souvent quand le parcours de Luffy fait écho a celui de Roger…

Certains diront plus simplement que c’est faire du neuf avec du vieux, ce qui n’est pas totalement faux… Mais pour le faire à ce niveau et le faire aussi longtemps, il faut un minimum de talent et savoir ou l’on va. Pour d’autre (dont moi) cette répétition fait qu’il n’y plus ce petit goût de nouveauté, de fraîcheur, mais même si les schémas utilisés par Oda sont connus et désormais relativement prévisible, en même temps le déroulement des événements restent aléatoires et imprévisibles pour les lecteurs. Même si quelque part on connaît la finalité, le voyage reste lui inédit. Et faire tenir presque 100 tomes quasiment uniquement sur ça, c’est beau, faut avouer.

Car quoi qu’on en dise, One Piece reste du tout bon shōnen nekketsu, mené de de main de maitre par Oda depuis plus de 20 ans. Okay y’a des répétitions, des trucs gros et des passages mous, surtout vu la longueur du truc, mais quel shōnen n’en compte pas ?

7 commentaires

  1. Rah tu m’as donné envie de m’y remettre. J’ai vu et adoré One Piece jusqu’à Enies Lobby, après j’ai trouvé qu’il y a eu un changement à partir de thriller bark qui a un peu fait sombrer la série. J’ai vraiment eu l’impression que oda s’est fichu de nous à ce moment là. Après Marine Ford est très cool, et juste avant la pause aussi avec Kuma. Mais j’ai pas retrouvé l’ambiance géniale du début. Ensuite en manga j’ai tiré jusqu’au hommes poissons mais comme tu le dis on a toujours l’impression d’avoir la même chose, saupoudré d’une toute petite partie d’inconnu.

    Aimé par 1 personne

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s