Carciphona [Manga de S.Huang]

Premier titre des éditions Chatto-Chatto et première œuvre de Shiling HUANG, que vaut exactement ce manga canadien; Carciphona?

Carciphona-jaquette-700x1024Synopsis éditeur

Durant des siècles, la magie avait été monnaie courante dans le monde de Maelstrom. Une magie bienfaisante qui offrait à la société un pouvoir extraordinaire, mais également maudite, puisqu’elle avait causé la naissance des Carciphona : des humains à l’âme infectée par des esprits démoniaques.
Suite à un terrible événement, la Prohibition fut mise en place et l’utilisation de la magie fut bannie dans tous les royaumes. Pourtant, quatre ans plus tard, une sorcière du nom de Veloce Visrin continue à subsister dans l’ombre, en réprimant ses pouvoirs afin de vivre en paix. Mais cette vie paisible est de courte durée lorsqu’elle se fait attaquer par l’assassin à l’origine de la Prohibition et qui pourrait bien être… une Carciphona elle-même !

Verdict

Préambule : Ce billet sera découpé par tomes et mis à jour au fur et a mesure de mon avancé dans la série. Donc si vous n’êtes pas à jour, arrêtez vous a temps pour pas vous faire spoiler.

Tomes 1 & 2

Premier manga des éditions Chatto-Chatto, Carciphona est un manga -avouons le- un peu daté. En effet, les premiers chapitres on été réalisés il y a plus de dix ans…

Mais avant de rentrer dans le manga passons un peu sur l’édition. Et franchement bonne surprise ! Un format est classique, une jaquette épaisse en papier verni brillant. Papier épais et de qualité, impression nette et sans bavures et lourd. Petites pages couleurs sur papier glacé en ouverture de tomes. La traduction comme l’adaptation graphique sont signés B.l.a.c.k studio, qui livre généralement un taf d’excellente qualité…

Maintenant le manga :

Graphiquement faut avouer que c’est lourd, limite maladroit, surtout les premiers chapitres. Utilisation des trames à outrance, scènes brouillons, actions illisibles, personnages qui se ressemblent un peu tous… Quand on sait que c’est la première œuvre de la canadienne Shiling HUANG, ça se comprend mieux. Artiste autodidacte sans aucune formation en dessin, elle a d’abord étudié la musique à l’université, avant de se lancer dans le manga de manière indépendante. Et la demoiselle possède déjà un style même s’il n’est pas encore à maturité…

Carciphona (qui a d’abord été dessiné sans avoir pour but d’être publié) se présente comme un manga classique dans sa forme et dans son fond, mêlant Fantasy et Aventure, ou la magie joue évidemment le rôle central. Magie qui est bien évidemment interdite mais convoitée, ce qui (comme souvent) sera le point de départ du truc. Après présentation des persos et mise en place de l’univers – de manière assez linéaire- on attaque le cœur du récit. Et même si c’est très classique et un peu convenu on sent que l’auteure sait ou elle va et distille ce qu’il faut d’infos pour accrocher le lecteur et faire monter la sauce. Outre le mystérieux passé de Veloce et la fameuse Prohibition, la géopolitique de Maelstrom semble se poser comme un des nerfs du récit, ce qui est pas banal pour le genre…

En plus d’un récit relativement dense, les passages d’actions ne manquent pas dans les pages de Carciphona. Mais comme abordé plus haut, les soucis graphiques rendent le tout lourd et un peu difficile à déchiffrer. Mais on sent les progrès et que le style murit et s’affine pages après pages… C’est d’ailleurs dans la dernière partie du premier tome que tout le potentiel du titre apparait vraiment. Plus sombre, plus concis, la trame se tisse peu à peu, malgré quelques incohérences bien vite oubliées… Et tout se précise dans le deuxième tome. L’intrigue se peaufine, s’étoffe et trouve son rythme de croisière, le dessin s’affine etc… Bref ça gagne en qualité. Et ça se laisse lire et plutôt bien même…

Carciphona

Pour moi, Carciphona est un chouette titre Dark-Fantasy qui s’annonce bon, malgré quelques soucis graphique mais qui -pour l’instant encore- reste plutôt prévisible et linéaire dans son déroulement. Néanmoins les aficionados du genre devrait trouver leur bonheur car comme je le dis souvent ; déjà-vu ne veut pas dire mauvais ! Avec 6 tomes au compteur, le manga devrait – de ce que j’ai pu lire sur le net- compter une quinzaine de tomes.

Découvrez les premières pages : https://chattochatto.com/2018/06/07/le-chapitre-1-de-carciphona-tome-1-disponible-gratuitement/


Tome 3

En gros : Veloce et sa petite bande se sont mis dans un sacré merdier. Et pourtant cela permet au récit de vraiment décoller et de se densifier. On est loin du coté brouillon du premier tome. Et l’autrice mène sa barque et livre une intrigue fournie et qui réclame une attention de tous les instants. C’est bavard et riche en dialogue -utiles- qui permettent de s’immerger dans le récit. Ca parle, magie et guerre mais il y a aussi une dimension politique vachement intéressante qui permet de crédibiliser et asseoir l’univers en plus de servir efficacement le récit… Coups de pute et trahisons seront au rendez-vous et rien n’est tout blanc ou tout noir dans le monde de Carciphona.

Shilin Huang prend son temps et pose son titre, lentement mais surement. Et son dessin s’améliore lui aussi pages après pages. C’est moins brouillon, plus clair, mieux découpe que dans les premiers tomes.

Et la fin de ce 3e tome relance l’intrigue autour de Veloce qui passait un peu au second plan dans cet imbroglio politique.


Tome 4

Ce 4e tome est celui qui révélè pleinement la série.

Depuis le début, l’intrigue est dense, pleine de personnages au motivations pas claires et avouons le, un peu fouilli, surtout au début. Il n’empêche, y’a plein d’éléments et de pistes qui ont été mises en place et on se perdait un peu dans tout ça. Paradoxalement c’est aussi cette profusion d’éléments et l’intrigue complexe qui font la force du titre.

Et bien ici, on assemble tous les morceaux du puzzle et on fini enfin par y voir plus clair. Les motivations de certains prennent sens et des trucs qu’on avait pas compris trouvent dans ce tome des réponses.

Prévu depuis le début ou heureux hasard de la part de l’autrice? Osef, car ça marche, ça scotche et le titre décolle pleinement… Même si y’a toujours des trucs en suspens.

Et si ce 4e tome est bavard, la scène d’action vaut le coup et est franchement maitrisé.

En espérant que ça continue sur cette excellente lancée avec le tome 5.


mock-up-1345x1536-1Tome 5

Dans ce tome 5 on attaque un nouvel arc, donc: nouveaux lieux, perso etc… Et comme depuis le début des trucs qui ne paraissaient n’avoir aucun sens/intérêt finissent par trouver réponses et tout fini par s’emboiter pour épaissir l’intrigue.

En ça Carciphona adopte surement le genre Fantasy dans son angle « le plus pur ». Une intrigue dense et complexe servie par des persos beaucoup moins manichéen qu’ils ne le paraissent. Le tout en mêlant Magie, tout le bestiaire Fantasy, Royaumes médiévaux etc.

Et ce qui paraissait brouillon et improvisé dans les 2 premiers tomes, a fini par trouver du sens par la suite. Sans parler du dessin comme de la narration qui se bonifie tome après tome. L’auteure savait ou elle allait depuis le début, et a clairement trouvé son rythme de croisière…

A suivre dans le tome 6


Carciphona Tome 6 - chattochattoTome 6

Si Carciphona démarrait laborieusement, faut avouer que le titre ne fait que s’améliorer à chaque tome. Et ce 6e tome ne fait pas exception à cette règle… 

La fin du tome 5 nous avait laissé en plein affrontement entre Véloce et une « fée » qui envoyait sévère, ce 6e tome continue sur cet affrontement mais pas uniquement. Pour rappel, Veloce et sa clique avaient entamé leur voyage dans le but de retrouver Vocruen. Et il s’avère que le bougre occupe en fait de hautes fonctions publiques ! Mais pas le temps pour les retrouvailles, la ville est attaquée et menacé, la fée fait des siennes et en plus est immortelle. Et quand je dis retrouvailles, pas vraiment, le Vocruen en question assomme Veloce et part avec. A notre joyeuse clique de retrouver leur pote en convainquant 2-3 personnes de leur filer un coup de main… Car après tout, une fée immortelle attaque la ville ! Au menu de ce 6e tome ; actions, révélations et relance de l’intrigue avec de nouvelles pièces. Et ca promet du lourd pour la suite !

Bref, 

Carciphona a certes démarré lentement et de manière fouillis mais faut reconnaitre que depuis le tome 3, tout est clair et bien plus fluide -histoires comme dessins-. L’auteure sait clairement ou elle va, et en profite pour nous livrer un récit dense, prenant, fouillé, recelant son lot de twists (prévisible ou non) et qui ne crache pas sur de l’action. Et quand je dit dense, je n’exagère pas, car il y a eu quelques temps entre le tome 5 et 6 et une petite relecture du 5 n’a pas été superflue pour me remettre dans le bain et saisir pleinement tout ce qui se mettait en place. Et non, j’ai pas (encore) Alzheimer ;p. Carciphona c’est de la pure Fantasy, mais sans pour autant (trop) tombé dans la facilité ou dans les grosses ficelles. Le monde comme les personnages qui y évoluent, ne sont pas manichéens, rien n’est tout blanc ou tout noir, et ce tome insiste encore sur ça. 

Et la palette de personnages mise en place nourrit clairement le récit, ce tome le prouve encore. Rien que le passé de Veloce et surtout les actions de sa mère (dont on fait régulièrement références) suffisent presque à nous tenir , mais d’autres personnages sont tout aussi intriguant… Et si on se doute du bienfondé des actions de certains, des motivations d’autres protagonistes, faut avouer que pour d’autres c’est moins clair. P.Ex ; quels sont vraiment les buts de Blackbird ? Les Carciphonas sont-elles simplement ce qu’on en dit ? Et quels sont les vrais desseins et buts de tout ce petit monde ?  

Si ce 6e tome nous livre quelques réponses bienvenues, il en profite aussi pour poser d’autres jalons pour la suite. Mais ces jalons ne sortent pas forcément de nulle part et sont en lien avec des éléments mis en place dès le premier tome. Comme je disais plus haut , Shilin Huang semble savoir exactement où elle va depuis le début et nous livre tome après tome, un très bon divertissement, complexe et dense juste comme il faut… 

Si ça se maintient et se poursuit sur cette lancée (et que ça ne s’éternisent pas sur des dizaines de tomes) on tient là un bon petit titre Fantasy dense et fouillé juste comme il faut…

A suivre dans le tome 7…

 

3 commentaires

  1. Très bonne article ^^
    Je suis globalement du même avis que toi sur la série, j’avais pris le tome 1 à sa sortie et je n’avais pas totalement accrocher mais je savais que la suite aller être plus intéressant. Malheureusement j’ai pris beaucoup de temps à prendre le tome 2 et encore plus pour le tome 3, ce qui fait que j’était complètement perdu sur l’histoire x)
    Mais il y a peu (quelques semaines/mois) j’ai relu les 3 premiers tome puis j’ai enchaîner avec le tome 4 et 5. Et la ma vision de Carciphona à changer. Comme tu la très bien dit, tout ce regroupe ce qui rend la lecture prenante quand tu repense au événement passer

    Aimé par 1 personne

    1. Merci, ravi que ca t’ai plus !
      En effet la série est fort brouillonne au début mais tu sens le potentiel. Et comme l’autrice est auto-didacte ca sent particulièrement. Mais par la suite (et surtout avec le 4) tout se met en place et ca structure vraiment le récit…

      J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s