The Breaker de PARK Jin-Hwan & JEON Geuk-Jin

D’abord paru chez le défunt Booken Manga, The Breaker est a nouveau dispo chez Meian. Une bonne occaze pour revenir sur ce titre !

the-breaker-integrale-collectorCa raconte quoi ?

Un nouveau professeur, Chunwoo, arrive dans l’école. Dragueur incorrigible à l’attitude égoïste, le mauvais traitement que subit l’un de ses élèves va pourtant le mener à lui dévoiler une parfaite maîtrise des arts martiaux. Shinwoo, le jeune élève maltraité, fera tout ce qu’il peut pour devenir son disciple, au grand dam de ce dernier. Une organisation d’artistes martiaux seront prêts à tout pour défier Chunwoo et de nombreux combats se préparent…

Verdict

The Breaker est un manhwa écrit et dessiné par Geuk-Jin Jeon et Jin-Hwan Park. Complet en 10 tomes, The breaker est en fait la première partie et l’introduction de la saga The Breaker.

Ceux qui ont lu et apprécié GTO seront ici en terrain familier, car le prof loubard qui sauve son élève ça rappelle forcement GTO. Mais hormis le metier, le lycée et la baston, les similitudes s’arrêtent là. Déjà parce que Chunwoo contrairement à Onizuka n’a pas vocation a être prof et surtout parce que de base il s’en fout ^^

On attaque le récit avec Shi-Woo un lycéen qui se fait tabasser et racketter par ses « camarades ». Sa rencontre avec Chun Woo son professeur d’anglais, baratineur, dragueur et complètement déjanté sera le point de départ du récit. Mais pas question pour notre prof de le sauver, si Shi-woo veut s’en sortir, à lui de se bouger.

Et si le prof n’en était pas tout a fait un? Si en fait c’était juste une couverture? Shi-Woo pourrait bien avoir mis les pieds dans quelque chose d’énorme…

On est face a un récit qui même s’il ne révolutionne rien est bien maîtrisé, avec un scénario plaisant à suivre et on voit que les auteurs savent où ils vont. La palette de personnages est développée et contribue a nourrir le récit. Et y’en a quelques un de bien charismatiques qui en imposent vraiment et puent la classe. Surtout quand le récit prend de la profondeur et que les combattants du Murim (société secrète d’arts martiaux) arrivent dans le récit. Car le gamin couard qui doit s’en sortir c’est juste le point de départ du truc, le cœur du récit est ailleurs.

the-breaker-img1

On nous distille juste ce qu’il faut de background et d’éléments pour nous accrocher et nous tenir en haleine. Le tout entrecoupé de putains de combat aussi inventifs que superbes visuellement. C’est dynamique, rythmé et le récit avance. Et en plus c’est plus profond et bien moins simple que ça en a a l’air…Si en plus on a droit a une bonne dose d’humour pour alléger le récit…

Visuellement c’est magnifique (comme souvent avec les Manhwa), avec un niveau de détail et une finesse de dessin hallucinante.

Niveau éditions, Meian a sorti un très joli coffret intégral bardé de bonus (les 10 tomes, 1 poster, 4 artworks et un artbook de 70 pages). Et pour un petit prix : 49.95€.,  Par contre gros bémol malgré le joli emballage, c’est perclus d’énormes fautes d’orthographes, de bulles vides et autres coquilles. Ce qui était déjà le cas dans l’édition de Booken, car Meian c’est simplement contenté de reprendre et d’imprimer les fichiers et la traduction de Booken. Coquilles incluses…

the-breaker-meian

Cette première partie tient toute ses promesses et s’impose comme un tout bon récit de baston! Les éléments mis en place dans le dernier tome laissent présager le meilleur pour la suite.

A suivre dans The Breaker : New Waves !

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s