Saint Seiya : The Lost Canvas [Manga de Kurumada & Teshirogi]

J’aime Saint Seiya, l’anime a fait les belles heures de mes matinées Club Do’. Et le manga malgré son dessin particulier m’avait aussi enchanté. Je me suis donc rué sur Lost Canvas , le préquel…

Quand j’ai appris qu’un préquel a Saint Seiya existait, j’étais joie. Savoir ce qu’il s’est passé durant la précédente guerre Sainte me vendait du rêve, mais…

lost_canvas_01Ca raconte quoi ?

Tenma et Alone sont deux amis orphelins vivant au XVIIIe siècle. Un jour, Tenma est remarqué par Dôko, le Chevalier d’Or de la Balance. Ce dernier décide de l’emmener en Grèce pour l’entraîner à devenir un Chevalier de Bronze, protecteur de la déesse Athéna. Alone, lui, rencontre une mystérieuse jeune fille : Pandore. Elle voit dans le jeune homme l’hôte idéal pour permettre la réincarnation d’Hadès, Dieu des enfers… La grande Guerre Sainte est sur le point de commencer…

Mon Avis :

Bon, j’me suis donc cogné les 25 tomes de Lost Canvas…. Et j’ai pas aimé !

Au final j’ai trouvé ça fouilli, plat et pas vraiment palpitant de bout en bout. Et pourtant ça partait pas mal, mais ça devient tellement linéaire et prévisible au fil des tomes (et en plus on connait déjà la fin :P)

A part 2-3 combats qui valent le coup, quelques beaux moments et un dessin plus « joli » (j’y reviendrai) que celui de Kurumada, j’ai trouvé le reste franchement moyen…

Principal défaut: c’est super décousu comme narration.

On passe d’un perso/situation à l’autre, pouf d’un coup comme ça, la fin d’un combat est généralement torché en 1-2 pages (alors qu’on s’est cogné 12 pages de mise en place) et le découpage de planche n’aide en rien. Et toutes ces digressions à longueur de temps, qui ralentissent le récit…

Alors oui le dessin est clairement plus joli, actuel et accessible que celui de Kurumada, mais franchement celui de Teshirogi n’est pas facile a comprendre… J’ai trouvé les cases souvent super cadrée, j’arrivais pas a avoir une vue d’ensemble sur l’action. Ça en plus des phylactères (très) souvent mal placés. Et ça m’amuse pas de devoir décortiquer chaque case pendant 5 minutes pour comprendre ce qu’il s’y passe.

Lost Canvas
Trop de noir tue le noir même pour des Surplis^^

Autre truc super désagréable: Le mot de l’auteure sur le rabat de la jaquette. J’fais partie de ceux qui aime lire ces trucs. Délire de l’auteur ou petites infos, c’est généralement assez plaisant. Mais Teshirogi elle, spoile carrément (plusieurs fois) ce qu’il va se passer dans le tome en question (Merci de m’avoir gâché la fin du combat du Lion).

Les personnages c’est simple, il y en a trop : Entre les chevaliers d’or, les autres et les spectres, qui sont en plus quasiment tous traités comme des héros/méchants de 1er plan (avec background, intro et cie). 4-5 persos de premiers plan ca passe, 12-15 ça commence à devenir fouilli et inutilement compliqué et long…

Alors franchement, entendre/lire que Lost Canvas est mieux que Saint Seiya (la saga originale) ça me fait doucement rigoler. Car oui, Saint Seiya n’est pas dénué de défauts loin de là, mais le gars a eu le mérite d’inventer un truc et crée un univers qui marche encore aujourd’hui. Alors oui, dans la saga originale, y’a des problèmes de narration, de dessin et de sous-exploitation de certains persos etc. mais c’était y’a 30 ans et c’est devenu une référence.

Et heureusement qu’un truc qui n’est qu’une resucé n’ait pas commis exactement les mêmes « erreurs » que l’œuvre originale. Mais il en a commis d’autres…

Car Lost Canvas, au lieu de sublimer le truc (avec les ingrédients a disposition), m’a servi du réchauffé, qui n’innove en rien et se contente de mal gérer, doser, utiliser ses ingrédients. Je doute franchement que Lost Canvas devienne une référence au même titre que la saga originale.

Alors oui, y’a de l’action et du mort à la pelle (quelqu’un pour me rappeler combien de fois Doko est présumé mort?) mais ça ne suffit pas et puis tout est rapidement englouti par cette « atmosphère sucrée » mise en place et qui transpire des justifications/actions de certains persos. Car ils doivent justifier la moindre de leurs actions a grand renfort de flashback & cie et évidemment ça ralenti le récit…

Lost Canvas 2

Et le final ! Des combat inutiles s’étalant sur 20 pages durant tout le manga mais le combat final contre Hadès, torché en 4 pages et fini grâce à l’attaque du pouvoir des fleurs (véridique). WTF!  Le Boss final , fini en 1 attaque…

Alors même si on a appréciè l’histoire, personne ne me feras pas gober que le final n’a pas déçu…

En résumé je pourrais dire que Lost Canvas c’est un peu une version Produit Blanc de Saint Seiya (C’est presque ça, mais en fait non). Car avec les excellents ingrédients a disposition, ce qu’on m’a servi est moyen, y’a quelques bons passages mais c’est pas un titre qui  laissera un souvenir impérissable

Rude? Non, réaliste^^

Lost Canvas Chronicles étant du même auteur, je peux déjà dire que ce sera sans moi^^

2 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s