Vagabond explore le catalogue Kana : Après la pluie

Chuis pas trop romance en manga, généralement c’est un peu trop gnangnan et lent à mon gout… Mais ce titre là est une vraie petite pépite !

apres-la-pluie-t1-270x383Synopsis éditeur

Akira est une adolescente de 18 ans qui travaille dans un Family Restaurant après les cours. Elle est secrètement amoureuse du gérant du restaurant, Masami Kondo, un homme de 45 ans, divorcé, ayant un enfant. Il n’est ni beau ni charismatique, juste un homme ordinaire, un peu fatigué, désillusionné, conscient de sa situation et de son âge qui avance. Akira était autrefois l’espoir du club d’athlétisme. Mais une blessure à la cheville lui a brisé ses rêves de gloire. C’est au moment où elle était encore dans le deuil de sa passion sportive qu’elle a rencontré Masami. Il a fait preuve de gentillesse à son égard. Il n’a évidemment pas mesuré à quel point son geste a été salvateur pour Akira. Ni à quel point cela a fait naître en elle le sentiment qu’elle porte aujourd’hui.

Verdict

Dis tomes, ce petit bijou tient en seulement 10 tomes…Car je dois avouer que j’ai plutôt pas mal -même très fort- accroché…Sans doute parce c’est un seinen (plutôt typé tranche de vie) et pas vraiment un shojô

Et c’est pas non plus une énième romance de lycéen (qui peuvent être très bien aussi) car cette histoire de différence d’âge est plutôt prenante et très bien foutue. Déjà c’est pas courant comme thème et en plus ici c’est bien amené et raconté. Et pour servir le récit, des personnages plutôt attachants et une narration fluide bien qu’assez atypique. En effet on ne découvre pas vraiment les personnages principaux et leur passé/background à travers eux mais plutôt via les révélations distillés par les personnages secondaires. Pas commun dans ce genre d’histoire, pas commun tout court d’ailleurs. Mais rudement efficace dans ce cas-ci. Et qui contribue à nourrir le récit et à faire monter « la sauce »… Ce que réussi Jun Mayuzuki sans aucun problème aux travers des différentes personnes qui gravitent autour d’Akira et de Kondo.

Et j’avoue sans honte que je me suis surpris à dévorer cette histoire « d’amour » (moi le bouffeur de shonen/seinen ^^ ) et j’ai enchainé les tomes d’une traite dès leurs sorties ! Et j’me suis refait l’intégrale, une fois qu’ils étaient tous dans mes mains…

e6818be381afe99ba8e4b88ae3818ce3828ae381aee38288e38186e381ab4e5b7bbe3808043efbd90

Car tout est impec’ dans ce titre ; histoire , narration, dessins… C’est frais, plein de bons sentiments mais quand même réaliste et par moment mélancolique juste ce qu’il faut… Et en plus c’est régulièrement saupoudré de juste ce qu’il faut de comique, ce qui ne gâche rien, au contraire ! Le ton est relativement mûr et posé , le tout est ancré dans la réalité. Entendez que tout va pas se mettre en place simplement d’un coup de cuillère à pot (t’as vu l’expression de grand-mère :p). Kondo – le patron- est conscient de son âge et de sa situation même s’il n’est pas insensible aux charme d’Akira. Akira c’est une ado, et a cet âge, rien ne nous arrête ou nous semble impossible…A chacun de trouver les mots justes, l’une pour convaincre que ses sentiment sont réels, l’autre pour ne pas heurter les sentiment d’une jeune fille… Mais quand on est ado et timide ou quarantenaire et maladroit c’est pas gagné d’avance.

En plus des qualités cités plus haut, le titre à un gros avantage ; l’histoire avance et évolue ! On est pas dans ces histoires d’amour ou on avance d’un pas pour finalement en reculer de trois. Car malgré tout l’amour et les relations amoureuses reste le cœur de ce titre même si le sujet est abordé sous un angle peu commun.

J’ai du mal a retranscrire ou expliquer, le plaisir et l’entrain que j’ai eu a lire ce titre que j’ai trouvé juste parfait de bout en bout. L’auteure a su s’arrêter a temps, donner une conclusion logique et touchante à son histoire même si j’aurais volontiers signé pour quelque tome de plus, je dois reconnaitre que c’était juste ce qu’il fallait…

46_17

Le dessins est fin, maitrisé et colle parfaitement au titre. Perso je le trouve sublime et super expressif. Il y a des jeux de regards qui se passent de dialogues et pourtant on comprend exactement ce qu’il se passe aussi bien qu’avec des mots. Le dessin de Jun Mayuzuki est au service de son récit et ça fonctionne sans aucune fausse note. Le fond et la forme.

Niveau édition c’est la collection Big Kana, donc de la qualité ^^

En bref, une histoire juste et touchante au thème original, bien mené qui se laisse lire avec beaucoup de plaisir et de curiosité. Et pour ceux réfractaire à la lecture, y’a une adaption en anime (encore une preuve de sa qualité). donc pas de raisons de passer a coté…

4 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s