Le Voyage de Ryu [Manga de Shotaro Ishinomori]

Le voyage de Ryu, c’est un bon petit manga signé Shotaro Ishinomori… Et malgré son âge il reste encore d’actualité…

Synopsis

gallery_474_359_27925.jpgEn se réveillant de son hibernation, Ryu , voyageur clandestin intergalactique de son état, constate que le reste de l’équipage qui l’accompagnait est mort de vieillesse et que le vaisseau spatial à bord duquel il voyage a finalement atterri. Rapidement Ryu se rend compte qu’il est en fait simplement revenu à son point de départ ; la Terre !
Mais à quelle époque est-il revenu ? Passé, Présent, Futur ?
Entre les constructions d’aspect futuriste, les dinosaures ou bien encore ce qui semble être des hommes des cavernes, Ryu aura bien du mal à comprendre mais aussi à trouver sa place dans ce monde qui lui est désormais inconnu, hostile et devenu bien étrange.

Commence alors pour lui une quête qui lui permettra de trouver sa nouvelle place dans ce nouveau monde  et tellement différent de celui qu’il a connu.

Verdict

Malgré un début me rappelant furieusement le début du film La planète des singes, le récit s’envole rapidement au fil des rencontres et autres péripéties du héros. Récit qui d’ailleurs aborde quelques-uns des thèmes chers à Ishinomori (humanisme, respect des hommes/animaux, de la vie en général, valeurs humaines…) sans pour autant devenir un récit donneur de leçons.

A la fin de la lecture des 5 volumes qui compose le Voyage de Ryu, chacun pourra en tirer la morale et les conclusions qu’il jugera ressortir de ce récit, récit épique alternant passages d’action (on reste quand même dans du Shonen, même si celui-ci possède du fond) et des passages plus « introspectifs » axés davantage sur la psychologie et le leitmotiv des différentes espèces croisées par Ryu et ses amis.

gallery_474_359_223406.jpg

Pas manichéen ni de parti pris, Ishinomori nous entraîne tout au long de son récit à un vrai questionnement sur la nature humaine (belliqueuse ?), de sa place sur terre par rapport notamment aux autres espèces, mais aussi face à ses réalisations (architecturale, mécanique, robotique, cybernétique….) et des conséquences que l’espèce humaines doit en tirer.

gallery_474_359_25867.jpgLe dessin est quant à lui clair et efficace, même si certains le qualifieront de vieillot , mais il ne faut pas oublier que cette œuvre a près de quarante ans et que le style est en descente direct du fameux style d’Osamu Tezuka qui a marqué toute cette période et le manga en général.
Apres tout, Ishinomori a été l’assistant de Tezuka avant de se lancer à son compte, ce qui reste pour moi gage de qualité évident !

L’édition de la collection « Glénat Vintage » est quasiment irréprochable ! Couverture semi-rigide mate avec des rehauts en brillant (dessin de couverture + différents graphismes) avec un beau papier et une belle qualité d’impression. Le seul bémol est le prix, quasiment celui d’une édition Deluxe/Perfect sans toutefois en être une (pas de pages couleurs notamment et un format à peine un poil plus grand qu’une édition standard), mais pas vraiment de quoi passer à côté de cette œuvre qui vaut vraiment le détour !

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s