Ufo Robot Goldorak [Manga de Nagai & Ota]

En bon trentenaire que je suis, j’ai été biberonné avec le plus grand des robots : Goldorak ! Si l’anime plutôt bon enfant à fait les belles heures de la TV française, le manga lui, c’est pas la même limonade…

Synopsis éditeur

gallery_474_9_48695.jpgObligé de fuir sa planète d’origine détruite par les forces maléfiques de Véga, le prince d’Euphor arrive sur la planète terre à bord de Goldorak, un des plus puissants robots de l’univers. Il est recueilli par le professeur Procyon qui en fait son fils adoptif et le renomme Actarus. Malheureusement, les forces de Véga arrivent elles aussi sur terre et Actarus n’a donc d’autre choix que de les combattre avec l’aide d’Alcor, le mythique pilote de Mazinger Z !

Verdict

Avant de se lancer, un peu de chronologie…(je fais court)

Si chez nous on connait principalement Goldorak (Ufo Robot Grendizer en VO) il faut savoir que c’est le troisième volet d’une trilogie de super robots commencée avec Mazinger Z.

Dans l’ordre ça donne :

  1. Mazinger Z
  2. Great Mazinger
  3. Ufo Robot Grendizer/Goldorak

gallery_474_9_28615.jpg

Les deux premiers robots étant plutôt méconnus chez nous, mais ils ont bénéficié d’un énorme succès au Japon (contrairement à Goldorak^^)

Passons au manga proprement dit;

Déjà, Go Nagai ne s’occupe que du scénario et laisse le dessin à Gosaku Ota et vu que ça date de 1975-76, les graphismes n’ont rien de communs avec les mangas d’aujourd’hui.

Le dessin est peu fouillé (voire maladroit par moments), le chara-design plutôt éloigné de celui de l’anime, et les robots et autres golgoths sont parfois superbes et finement travaillés et des fois grossiers (voire grotesques^^). Bizarrement, on trouve néanmoins au détour d’une page, des planches (souvent des doubles planches) qui sont des petits bijoux… gallery_474_9_120774.jpgBref, dans l’ensemble le dessin est pas superbe, voyons le contenu:

Alors, oubliez tout ce que vous connaissiez via l’anime !

Les personnages sont sensiblement différents (même si on les retrouve quasi tous: les héros, les golgoths, Véga, les vaisseaux créés par le Professeur Procyon…), le background de l’histoire n’est pas vraiment le même, et tout le coté bon-enfant disparaît rapidement.

Si l’anime était centré contre Véga et ses Golgoth voulant conquérir la terre, le manga prend rapidement une autre tournure et développe un thème écolo-apocalytique assez spécial…On part aussi sur un « nouvel » ennemi, la civilisation de Mykènes.

Beaucoup plus sombre, adulte, ici Go Nagai nous livre une vision pessimiste du monde et de l’homme. Certains passages sont noirs, voire cruels et les conséquences de certains actes sont terribles…

Oubliez aussi Alcor le Héros… Pervers, fourbe, prétentieux etc., par moments, c’est un véritable enfoi**, totalement différent du personnage de l’anime de mon enfance !

L’histoire n’est pas linéaire ni manichéenne, et contient son lot de mystères et de rebondissements mais souffre par moments de lenteurs et de passages horriblement « fouillis ». Le résultat donne un titre intriguant et original mais avec de nombreux défauts donnant un aspect « maladroit » à l’ensemble. Néanmoins il à le mérite d’être très différent de l’anime et permet de redécouvrir et renouveler le titre rien que par son coté plus intéressant, plus sombre, plus adulte. On y trouve quand même des passages légers ou d’humour^^

Black Box a choisis de garder les termes français « historiques » comme Corno-Fulgur ou Astéro-Hache plutôt que d’utiliser les termes japonais originaux. Sans doute pour mieux coller aux habitudes du lectorat francophone. On y trouve aussi des chapitres relativement « décalés » comme le chapitre des Super-Robots qui rassemble quelques-uns des robots emblématique de Go Nagai: Getter Robot, Great Mazinger ou Venus A…

Et pourtant Go Nagai aborde ici quelques thèmes forts qui peuvent par moments susciter un vrai questionnement chez le lecteur. Mais le plus original reste la fin ! Et pour ceux qui connaissent un peu le travail de Go Nagai, vous savez que le bonhomme n’est pas amateur de Happy-End ^^

gallery_474_9_39762.jpg

Passons à l’édition:

Si la 1ere édition de Dybex est aujourd’hui introuvable, Black Box a proposé en 2015 une nouvelle édition. C’est de celle-ci que je parlerai. D’un format plus grand que d’habitude, les tomes dépourvus de jaquettes flottantes ont un bel aspect. L’impression est nickel.

Black Box nous avait promis des pages couleurs et sépias, elles y sont. Y’en a pas beaucoup mais elles sont là! Mais surtout cette édition est agrémentée de chapitres supplémentaires, absents de l’édition précédente. Par contre le papier est fort fin et légèrement transparent et les tomes aurait mérité une jaquette plus épaisse ou rigide.

Une introduction à l’univers et un petit historique (genre préface ou postface) aurait été sympa aussi. Hormis ça le taf d’impression de Black Box est impeccable…

Néanmoins je continue d’avoir un petit faible pour les jaquettes de la versions Dybex. Ce qui n’enlève rien à celle de Black Box qui sont totalement dans l’esprit de la franchise.

Plus grande que l’édition de Dybex et dans le sens de lecture original japonais, on sent le soin apporté à cette édition, mais Black Box aurait pu pour moi aller encore plus loin, avec un papier plus épais et des couvertures rigides.

gallery_474_9_13476.jpg

Conclusions

Si l’envie vous prend de découvrir un des piliers historique du manga en Europe, (car si Goldorak n’était pas passé à la TV dans les années 70/80, pas sûr que je rédigerais ces lignes ^^), cette collection est un excellent moyen. Et si vous vous dites que vous connaissez déjà le plus grand des robots via l’anime, à la lecture du manga vous constaterez que ce qui est passé à la TV a été vachement édulcoré (voire tronqué) et qu’il y a une sacrée différence entre le manga et l’anime…

En résume, un titre qui plaira aux trentenaires comme moi, à ceux n’ayant pas peur de lire un titre bourré de défauts mais avec de la substance et à ceux voulant découvrir une version très alternative de l’anime.

Pas inintéressant, mais pas indispensable non plus…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s