Dans l’intimité de Marie [Manga de Shûzô Oshimi]

Il y a quelques jours est sorti le 9e et dernier tome de « Dans l’intimité de Marie« 
Une histoire d’échange de corps… Encore !? Mais attention, cette fois on est loin (mais loin) des trucs habituels…

gallery_474_10_223007.jpgSynopsis éditeur

Quand Isao Komori est allé à Tokyo pour suivre ses études à l’université, il s’imaginait déjà une nouvelle vie de rêve : jeune adulte indépendant, avec tous ses potes de fac… Mais sans vraiment comprendre comment, ni pourquoi, le voilà déjà seul.

Désabusé, il finit par vivre cloîtré chez lui. Son seul petit plaisir est d’aller à la supérette du quartier, pour y admirer la magnifique lycéenne qui s’y rend tous les jours. Mais un soir, alors que comme d’habitude, il la suit jusqu’à chez elle, un curieux événement se produit : la lycéenne remarque sa présence et… Isao se réveille alors, un matin comme les autres, dans la peau de la jeune fille !?

Il devra désormais se faire passer pour Marie, la fille la plus populaire du lycée ! Un nouvel enfer quotidien commence pour le jeune homme, tandis qu’une énorme question subsiste : puisqu’il est entré dans le corps de Marie, où est passé l’esprit de la jeune fille ?

Verdict

Intriguant et touchant…
Voilà ce que je dirais si on me demandait de résumer « Dans l’intimité de Marie », en deux mots !

Alors oui, le pitch a déjà été vu et revu : les histoires de changements de corps fille/garçon, c’est loin d’être une première !
Mais ce qui est toujours intéressant c’est de voir comment un auteur joue avec des codes préétablis, les transgresse, les interprètes, se les appropries…
Généralement ces histoires de changements de corps servent de prétextes (+- subtils) pour de « l’humour » (visible à 100 km) et des scènes de ecchis, de voyeurisme et autres, mais pas ici (alors vraiment pas ^^).

gallery_474_10_90727.jpgMême si le « héros » de notre histoire ; Isao, (une espèce de Neet*) a suivi Marie pendant près d’un an et rêvait même de relations intimes avec elle, il ne l’a jamais harcelée, ni même vraiment approchée, vu que pour lui c’est « l’ange de la supérette ». Et donc quand il se retrouve dans le corps de Marie, plutôt que de faire ce que ferait la plupart des garçons (et moi le premier) : explorer ce corps inconnu (et désiré), Isao qui est amoureux et respecte Marie, lui cherche d’abord à comprendre ce qu’il s’est passé.

Bien sûr, Isao est attiré par les filles et particulièrement Marie, a des fantasmes, des envies, mais le fait de se retrouver dans la peau de son « ange » lui permet de voir le regard des hommes (anciennement le sien) sur la gente féminine et sur Marie en particulier. Une espèce de mise au point sur la condition de femme (ici, en l’occurrence jeune femme ^^). Dis comme ça, ça peut sembler un peu cul-cul et donneur de leçon, mais ça ne l’est absolument pas.
La narration est au départ centré sur Isao et ses interrogations sur le « pourquoi du comment » il s’est retrouvé dans cette situation et comment s’en sortir mais le récit évolue par la suite pour prendre de l’ampleur et monter crescendo.
Evidemment, nous avons droit aux inévitables et prévisibles quiproquos, comme la scène du vestiaire des filles, ou la copine qui comprend directement que Marie n’est pas vraiment Marie… Mais l’auteur joue habilement avec ces passages prévisibles, voire obligatoires vu le thème, et parvient à surprendre le lecteur grâce notamment au côté touchant qu’il distille dans son œuvre.
Le mystère développé et entretenu au fil des pages y est aussi clairement pour beaucoup…L’auteur maitrise clairement son récit et j’ai refermé chaque tome en ayant qu’une envie : LA SUITE !

Sans spoiler, l’histoire comme le dénouement sont vraiment originaux… Et tout est dévoilé tome après tome (surtout dans les 2 derniers^^) dans une ambiance captivante et intrigante, pour un récit bien mené traitant de quête d’identité, des relations entres le 2 sexes ou encore du passage difficile à l’age adulte… Le tout servi dans 9 tomes d’une excellente histoire. Car malgré le pitch et le thème plus que connu, on sent la volonté de l’auteur d’un développement aux antipodes des recettes habituellement utilisées dans ce genre de titre.

Le dessin est très soigné, réaliste. immersif, collant et servant parfaitement les propos du manga. Et même si l’auteur montre des corps légèrement vêtus voire totalement dévêtus par moments, on n’y trouve aucune trace de mauvais gout ou de volonté de jouer du fan-service. Si passage dévêtu il y a, c’est au service du récit.
Le découpage est sobre et efficace (ici pas de cases partant dans tous les sens) et se focalise avant tout sur les personnages et la narration.

L’édition d’Akata, est comme d’habitude de belle facture : papier épais, impression de bonne qualité et même une petite page en couleur (ou 2) en ouverture de tome.

Bon malgré les nombreuse qualités de ce titre, son principal bémol est pour moi est la relative lenteur de l’avancée de l’intrigue. Surtout dans les 2-3 premiers tomes.. Et comme l’intrigue est vraiment prenante et que j’avais vraiment envie de savoir ce qui se cachait là-dessous, ça m’a paru encore plus long ^^ Et pourtant après coup je me rend compte que tout est parfaitement dosé et tient parfaitement en 9 tomes…

Bref, encore une excellente et atypique poche à ajouter au catalogue d’Akata !

gallery_474_10_25946.jpghttp://www.akazoom.fr/dans-l-intimite-de-marie-t1

*Neet : Terme désignant les personnes coupés de toute vie sociale , renfermés sur eux-mêmes ou encore sans emploi ou ayant stoppé les études. Littéralement : Not in Education, Employment or Training.

Publicités

3 commentaires

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s