Vagabond explore le catalogue Kana : Kongoh Bancho

Cette fois ca va parler shonen ! Et ce titre est surement la quintessence de tout ce qu’on peut/doit retrouver dans un shonen manga… Et si en plus c’est un manga de l’auteur de Seven Deadly Sins…

Kongoh Bancho Manga (1)Synopsis

Akira Kongoh est un rebelle au grand cœur. Malgré une apparence de loubard géant et une force colossale, au fond c’est un bon gars…

Une mystérieuse organisation met en place le « projet des 23 arrondissements » ; Un bancho ayant été assigné au contrôle de chacun des 23 arrondissements de Tokyo dans le but de créer un nouveau gouvernement et rebâtir le Japon ! Pour les arrêter, il n’y aura alors que notre héros, Akira Kongoh, d’abord seul, puis épaulé de ses amis, il se mettra en travers du chemin de ceux qui veulent imposer un nouvel ordre mondial !

Et tout ça seulement avec ses poings !

Verdict

Avertissements :

  • Si tu n’aimes pas le Shônen, cette série n’est pas faite pour toi.
  • Si tu n’aimes pas le Nekketsu, cette série n’est pas faite pour toi.
  • Si tu n’aimes pas les mangas de genre Furyô (Racaille Blues, Shonan Ai Gumi, Bakuon Rettô..), cette série n’est pas faite pour toi.
  • Si tu n’aimes pas les situations et les combats WTF, cette série n’est pas faite pour toi.

Te voilà prévenu ^^

Reprenons,

Pour comprendre et apprécier Kongoh Bancho à sa juste valeur, il est important de savoir dans quoi on va mettre les pieds : Du 100% Shônen nekketsu, plein de bons sentiments et de dépassement de soi envers les méchants ^^

Même si résumé comme ça cela semble un peu péjoratif, ça ne l’est absolument pas !

gallery_474_10_34723.jpgSous une intrigue relativement simple : une organisation secrète qui met en place un projet visant à prendre le contrôle du Japon et des gars qui vont se battre contre ce projet, Suzuki nous livre un manga original et totalement WTF !

D’accord de prime abord, rien de bien original dans un Shônen manga mais de nombreuses pirouettes viendront cependant enrichir le titre au fil des tomes.

Et donc même si tout reste plutôt convenu, finalement on lit quelque chose qui sans en avoir l’air est plus original et intéressant qu’il en a l’air. Évidemment, le scénario est avant tout un (bon) prétexte pour une foultitude de combats « shonenesque » et de plus en plus WTF, mais ils sont originaux et généralement plutôt bien foutus ! Et c’est surtout ça qui fait fonctionner ce manga et lui donne une bonne partie de son intérêt et ce même si la série s’avère par moment assez prévisible pour un amateur de Shônen (les ennemis qui deviennent des alliés, le dépassement de soi parce que y’a pas le choix…). C’est surtout la manière avec laquelle l’auteur gère ses différents personnages (plus loufoques les uns que les autres) et ses combats qui rendent Kongoh Bancho si intéressant et addictif !

La galerie de personnages créée par Suzuki nourrit indéniablement ce Shônen, personnages qui ne sont jamais ennuyeux ou ridicules, sauf évidemment quand c’est voulu (généralement pour le coté comique^^) Déjà les différents Bancho mis en place au fil des tomes sont généralement des clichés sur pattes ^^ La description du Bancho faite dans le manga résumant assez bien la chose :

« Il s’agit d’hommes qui ne sont aujourd’hui plus qu’un mythe. Des hommes qui venaient au secours des faibles, qui se battaient sans relâche jusqu’au bout, qu’importe s’ils devaient en mourir. » Tout un programme ^^

Il ne faut pas non plus chercher une logique derrière chaque évènement ou situation. D’ailleurs dès 1er tome, le côté improbable de l’œuvre est plus que mis en avant !

Même si ce titre n’invente ou ne révolutionne rien dans le genre, il pousse le style Shônen dans ses retranchements et certains combats m’ont immanquablement fait penser à Jojo’s Bizarre Adventure par leur côté inventif et leur résolution pas uniquement basée sur la loi du plus fort…

gallery_474_10_127437.jpg

Ici, on ne va néanmoins pas perdre son temps en longues explications vaseuses sur tout ce qu’il se passe. Du début à la fin, on va droit au but, à l’essentiel ! Et au final on s’en fout un peu que tout ne soit pas expliqué ou même carrément cappilo-tracté, car cette série c’est surtout du grand spectacle, du divertissement à l’état pur ! Pas non plus de combats qui s’éternisent sur 4 tomes, ici ça va vite, l’intrigue avance…

Mais attention, dis comme ça, on pourrait se dire que Kongoh Bancho c’est juste de l’action et du comique sans rien d’autre…. Et bien non! Oui on rigole franchement par moment mais l’auteur prend aussi le soin de faire monter la tension et de jouer sur différents registres, alternant action, humour, drame et passages plus introspectifs… Ce qui rend la lecture et l’intrigue fluide et pas indigeste comme dans certains Shônen.

Le dessin, perso, moi j’en suis pas spécialement fan. Ce côté faussement « à l’ancienne » surement… Mais au bout d’une quinzaine de pages, on en fait vite abstraction et on rentre vraiment dans le récit.

Ceci dit je dois objectivement reconnaître qu’il colle parfaitement au manga et fait immanquablement penser à certains Shônen des années 80 :P

Au niveau de l’édition, rien à redire, Kana fournit du bon boulot comme d’hab’ dans sa collection Shônen (Naruto, Conan…)

En résumé ; Malgré un graphisme « particulier » et son côté 100% Shônen assumé qui peut refroidir de prime abord, Kongoh Bancho est un Shônen diablement efficace, usant et abusant de toutes les ficelles du genre tout en parvenant à les sublimer et même à innover … En plus il tient en seulement 12 tomes ce qui nous change agréablement des trop nombreuses séries à rallonge !

gallery_474_10_103828.jpg

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s