Gunnm – Last Order – Mars Chronicle [Saga de Yukito Kishiro]

Difficile de parler de Gunnm sans parler de Gunnm Last Order et Gunnm Mars Chronicle, ces derniers se voulant les suites de Gunnm… L’un étant pour moi indissociable des autre, cet article parlera donc des 3 séries même si il se concentrera plus sur Gunnm car c’est le commencement de la saga, le terreau de l’œuvre.

Ca raconte quoi?

L’histoire débute à Kuzutetsu, ville poubelle au-dessus de laquelle flotte Zalem, la mystérieuse cité volante…

En parcourant la décharge en quête de pièces, Ido Daisuke, docteur en cybernétique, découvre par hasard une tête de cyborg encore relativement intacte parmi les débris et décide de la sauver.

Il la répare, lui offre un nouveau corps mécanique, la nomme Gally (en hommage à son chat disparu) et la traite quasiment comme sa propre fille. Mais Gally a tout oublié de son passé, alors qui est-elle et surtout d’où vient-elle ?

Gally, ignorant tout de son passé, sera confrontée à la violence et la dureté de la vie à Kuzutetsu et retrouvera dans les combats et la violence de cette ville, certaines sensations liées à son passé, notamment un mystérieux talent pour le combat au corps à corps.

En affrontant de nombreux et puissants adversaires et en se lançant dans l’aventure, Gally espère obtenir des réponses sur son passé mais si elle combat c’est avant tout pour son humanité et pour prouver à tous qu’elle existe…

Verdict :

Quête de soi et de vérité, Gunnm est une œuvre désormais culte qui a grandement contribué à l’avènement des mangas chez nous dans le milieu des années 90. Multiréédité, adapté en film live par R.Rodriguez c’est une œuvre qui traverse le temps et les générations. Mais en même temps la saga Gunnm se découpe en 3 partie distinctes publiées à différentes époques :

  • Gunnm
  • Gunnm Last Order
  • Gunnm Mars Chronicle

Car le parcours de la série à été chaotique et Gunnm a longtemps été une série terminée sans aucun espoir ou même indice quant a une suite. En effet de base la série est publiée au Japon de 1990 à 1995 chez Shueisha. Alors qu’il travaille sur les chapitres qui constitueront le 9e tome, Yukito Kishiro (l’auteur), est victime d’un accident qui le contraint à arrêter prématurément la série. Aussi il « pond » une première fin sous forme de Happy End qui sort en juillet 1995. Pendant 6 ans, plus rien, (a part un LN) mais fin 2000, l’auteur décide finalement de reprendre Gunnm et de lui donner la suite et la fin qu’il avait initialement prévu. On oublie donc la fin connue (près de 100 pages) et on reprend l’histoire sur le scénario initialement prévu par Kishiro.

Ainsi arrive Gunnm Last Order, suite de la série qui reprend l’histoire exactement au moment où Gally tombe dans un piège tendu par Desty Nova et qui court sur 19 tomes, suivi en 2014 par Gunnm Mars Chronicles qui revient sur les origines de Gally. Chacune de ces parties aborde une étape dans le parcours de Gally qu’on pourrait résumer à « la renaissance, l’émancipation, les origines ». Mais on y reviendra…

Reprenons au début;

De l’aveu même de l’auteur, Yukito Kishiro, Gunnm s’articule autour de 2 axes principaux. :

  • La survie dans un monde d’une extrême dureté, noir, violent et oppressant, où seule la loi du plus fort règne.
  • La quête de soi et la recherche du bonheur.

Kishiro opte pour un départ « facile » en nous présentant une héroïne amnésique. Mais ce type de schéma a le gros avantage de permettre au lecteur de tout découvrir en même temps que le protagoniste principal et comme on perd moins de temps a situer, le récit gagne généralement en fluidité, comme ici. On découvre donc tout en même temps que Gally et comme elle, on comprend vite que dans la décharge tout et tout le monde est pourri (au moins en partie) et qu’il n’existe pas 36 solutions pour survivre. Et que même en voulant faire le bien, au final, on finit toujours par blesser les gens dans ce monde ou tous on quelque chose a cacher, a expier, a oublier…

Le tout dans un univers post-apocalyptique cyberpunk, sombre, cru et ultra violent où les cyborgs et autres aberrations mécaniques sont légions, la vie dure, voire littéralement inutile et où le Monde est d’une extrême laideur… C’est d’ailleurs quelque chose qu’on remarque directement à la lecture de Gunnm et qui est plutôt déroutant; c’est à la fois très beau et très laid ! Kuzutetsu, la ville décharge qui par sa présence en devient presque un personnage à part entière, ses habitants , ses lois, ses règles oppressent sans cesse le lecteur au fil des pages. Sans oublier Zalem, la ville flottante sujet de tous les fantasmes qui plane littéralement au dessus de tout ça…

Et quand on finit par s’éloigner de la décharge, ce sont d’autres décors qui s’imposent au récit et contribue à le nourrir. Car dans Gunnm, l’esthétique est partie prenante du propos et contribuent à l’immersion totale dans le récit. C’est un tout, une expérience visuelle comme narrative et ce tout au long de ces différentes parties.De toute façon rien que pour le l’arc du Motorball, et la claque visuelle que c’est, la lecture vaut le coup!

Et si rien n’est tout rose dans la décharge, Gally non plus n’est pas dénuée de défauts ce qui nous donne un personnage haut en couleurs avec une certaine fragilité auquel il est facile de s’identifier et de s’attacher. Son développement fait d’ailleurs un peu penser à un héros de Shonen nekketsu typique mais sa féminité (malgré que ce soit un cyborg^^) sa fragilité, ses doutes et sa détermination a trouver sa place et donner un sens à son existence donne rapidement une plus grande consistance et de l’épaisseur au personnage. Car les questions que Gally se pose, et nous poses à travers le récit, on se les est tous posées à un moment ou un autre, au moins en partie. Comme je l’ai dit plus haut visuellement c’est splendide mais le récit et les messages qu’il contient sont à la hauteur de l’emballage. Le fond ET la forme et en plus, l’un au service de l’autre…

Outre Gally ou Ido, Yukito Kishiro a développé une galerie de personnage tous plus charismatique les uns que les autres et qui auront tous un plus ou moins gros impact sur Gally… Citons en vrac ; Zapan le psychopathe, les différentes bornes des usines, Fogia, Sechs, mais surtout le génial et totalement dérangé Desty Nova ! Chacun ayant un comportement et des buts spécifiques, comme si l’auteur voulait décrire une palette de l’humanité à travers chacun…On retrouve d’ailleurs une partie de ces personnages dans Last Order.

Il existe aussi un recueil d’histoires courtes -Gunnm Other Stories- centrées sur certains de ces personnages.

La saga Gunnm donne à réfléchir, ne laisse pas indifférent, particulièrement grâce à Gally et sa recherche pour donner un sens à sa vie et sur la compréhension des motivations qui anime l’Homme en général dont explore différentes facettes via les rencontres et les aventures de Gally. Ce qui donne un récit aux valeurs intemporelles et comme il s’inscrit clairement dans un univers dystopique ça contribue encore a son intemporalité…

Et même si il y a du fond, il y a aussi de la baston ! Et quelle baston ! Gally étant héritière de techniques de combats martiennes (le Panzer Kunst) il n’est pas rare de la voir se fritter avec des ennemis 15 fois plus gros qu’elle ou en nombre bien supérieur…En plus, les aventures de Gally sont captivantes et toute l’histoire s’enchaîne de manière fluide et passionnante, servie une narration dynamique, nerveuse, limite cinématographique, au service d’un scénario complexe et complet. Ici, les références à des termes techniques et scientifiques sont nombreuses (on parle en vrac de déconstruction cellulaire, nanotechnologie, principes physique et quantique) mais par contre on n’y retrouve presque aucune référence typiquement japonaise, l’auteur abordant surtout des références scientifiques et des références plutôt occidentales. Pas de paniques tout est efficacement expliqué dans le déroulé de l’histoire…

Revenons à Last Order. Plus qu’une simple reprise/suite c’est avant tout un moyen de revenir sur une partie du passé de Gally, de répondre aux questions laissées en suspens dans le 9 premiers tomes et de mieux comprendre l’univers et les enjeux développés dans Gunnm. Car Zalem est loin d’être une finalité et comme toujours, « il y a quelqu’un au-dessus ». Et Gally a quelques questions à poser a ces « quelqu’un ». Même si last Order est dans la continuité logique de Gunnm, un tournoi occupe pour moi une bien trop longue partie du manga, même si je crache pas sur de la bonne baston (et Gally elle envoie du lourd) et que ça permet à la demoiselle de se hisser à un stade encore supérieure, c’est long… Mais au bout de ces 19 tomes, un paquet de questions auront trouvées réponse, mais en auront aussi posées d’autres…

Car la saga Gunnm est loin d’être finie, Gunnm Mars Chronicles s’attaque aux origines martiennes de Gally. D’ailleurs exit Gally, désormais il est question de Yoko. Car si Gally sait désormais qui elle est devenue, elle ne sait toujours pas vraiment qui elle était avant qu’Ido ne la ramasse dans la décharge…

Dans ces 2 parties Kishiro reprend les ingrédients et les thèmes qui ont fait le succès de la série, c’est dans la droite de ligne de la série mère , même si évidemment cette fraîcheur, cette nouveauté, ce coté maladroit mais charmant des premiers tomes et la claque que fut la découverte de Gunnm n’y est plus, l’histoire elle suit plutôt efficacement son chemin… Même si j’avoue avoir un gros faible pour le dessin de Kishiro pré-numérique et de sa Gally à la bouche de poulpe.

Comme j’ai dit au début de ce billet « quête de soi et de vérité », on peut l’apprécier en 9 tomes et la considérer comme finie ou poursuivre l’aventure avec Last Order et Mars Chronicles. Dans les 2 cas, vous passerez un excellent moment (même si certains fans disent que Last Order est en-dessous de Gunnm, mais ça c’est à vous d’en juger^^).

12 commentaires

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s