Vagabond explore le catalogue Kana: GE – Good Ending

Derrière mon armure d’amateur de shônen et de bouffeur de seinen, y’a un petit cœur qui bat…Alors de temps en temps, je lis un truc plus soft, plus plein d’amour et de sentiments comme ce shonen sentimental trouvé au détour d’un rayonnage^^

good-ending-1-kanaSynopsis éditeur

Seiji Utsumi est un lycéen réservé. Il est secrètement amoureux de la capitaine du club de tennis du lycée, Shô Iketani. Mais de peur de se prendre un râteau, il se contente de la regarder de loin. Jusqu’au jour où Yuki, une camarade de classe, lui renvoie à la figure son attitude pathétique et sans consulter le jeune homme, décide de donner un coup de pouce au destin…

Verdict

 Quand on parle de shonen sentimental, les premiers qu’on cite généralement sont Ichigo 100%, Love Hina ou To Love… Des trucs légers, pleins de fan-service et si possible en harem^^

Moi, je pense plus à Vidéo Girl Aï ou Kimagure Orange Road qui sont pour moi plus « justes » et plus « réels » dans le traitement des intrigues amoureuses.

GoodEnding-Manga (4)Mais aussi parce que ce sont des histoires qui m’ont vraiment touché (Waip comme j’ai dit, derrière mon armure d’amateur de shonen, y a un p’tit coeur qui bat)…

Dans les titres que j’ai cités plus haut, on se contente généralement de faire « trainer » l’ambiguïté amoureuse de nos 2 ou 3 héros le plus longtemps possible (alors qu’on sait déjà + ou – comment ça va se terminer^^) en faisant passer le temps avec de nouvelles rivales, de nouveaux « rebondissements » etc., le tout largement saupoudré de fan service… Je ne crache pas dessus mais à la fin, j’aime quand même voir avancer le récit…

GE-Good Ending n’est pas dans cette veine. Il est juste et touchant, sans exagération ou profusion de personnages peu vêtus… Et surtout l’intrigue avance !

Jouant pourtant de tous les codes du genre mais avec intelligence et subtilité , Kei Sasuga nous livre un récit sérieux, sensible, juste et poignant.

Et je dis bien tous les codes, fan-service compris ! Si on retrouve l’inévitable triangle amoureux ou encore l’amoureux(se) transi(e) éconduit(e), on retrouve évidemment les scènes peu vêtues, voire dénudées propres au genre. Mais ici c’est rarement « gratuit » ou de mauvais goût… C’est généralement subtil et très bien amené et ça ne ralentit jamais l’intrigue. Le fait que l’auteur soit une femme y est sûrement pour quelque chose…

GoodEnding-Manga (1).jpg

Lors de la lecture de Good Ending, j’ai presque eu l’impression de revivre (ou plutôt relire) mes 16 ans… Pas exactement MES 16 ans, mais une version romancée de mes 16 ans et de ceux de mes proches amis de l’époque…

L’intrigue est jolie et bien menée, les personnages sont justes, le récit est immersif et poignant, juste ce qu’il faut et surtout tout n’est pas toujours rose pour les protagonistes de Good Ending. Et ce n’est pas « gnan-gnan ou culcul la praline » comme récit. Le ton est bien plus mûr que dans les autres séries du genre.

Le dessin de Kei Sasuga est vraiment très beau et porte le récit. D’ailleurs quasiment tous les dessins d’ouverture de chapitres sont de vraies petites perles… Et de nombreux bonus comme des fiches sur les personnages ou des parodies prennent régulièrement place dans les tomes de Good Ending.

GoodEnding-Manga (3)On rit, on vibre et parfois même on pleure en suivant les péripéties amoureuses de Yuki, Seiji et Cie. Rien n’est vraiment simple quand on est amoureux^^

Seize tomes, c’est beaucoup et peu à la fois. Good Ending aurait pu être plus long, mais l’auteure a su très bien clore son récit après avoir raconté son histoire.

Objectivement, j’aurais encore volontiers suivi les péripéties de Yuki et Seiji durant quelques tomes, mais je dois reconnaitre que je ne sais pas ce que l’auteure aurait pu nous raconter. Et en plus, la fin (bien qu’un peu convenue) est sans aucune fausse note !
Niveau édition, Kana nous livre un boulot très correct, j’aurais juste aimé quelques pages ou illustrations en couleurs.
Ah! Et aussi je ne comprends pas le macaron « Pour public averti » apposé au dos de chaque tome, il n’y a absolument rien de choquant ou même de très osé dans Good Ending.

En résumé, si vous avez envie de lire une belle histoire, Good Ending est fait pour vous !

GoodEnding-Manga (2).jpg

GE- Good Ending, ©2009 Kei Sasuga , Kōdansha, publié aux éditions Kana

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s